L'INSTITUT DES SCIENCES COGNITIVES

ACTUALITE DU LABORATOIRE

ANNEE UNIVERSITAIRE 2006 2007

et années antérieures


prochains séminaires et ateliers
anciens séminaires 2005- 2006
anciens séminaires 2004- 2005
thèses et HDR soutenues à l'ISC
archives
archives thèses

Actualité année 2006 - 2007

Séminaires et colloques

séminaire du jeudi

jeudi 22 mars 2007 - 11h30 -
Amphithéâtre de l’Institut des Sciences Cognitives

Jacques J. Rozenberg, Maître de Conférences à l'Université Paris VII-Denis Diderot, et associé à l'ISC de Bron,

L'individualité bio-cognitive et l'épistémologie de la schizophrénie.

voir la description du dernier ouvrage de Jacques Rozenberg dans le catalogue de l'ISC

jeudi 19 avril 2007 - 11h30 - Amphithéâtre de l’Institut des Sciences Cognitives

Pr.Emmanuel Stip (Université de Montréal)

Remédiation environnementale: orthèses cognitives et appartements intelligents dans la schizophrénie


jeudi 3 mai 2007 - 11h30 - Amphithéâtre de l’Institut des Sciences Cognitives

What do metaphors communicate? Some questions for the current relevance theory account of metaphor comprehension.

Adrian Pilkington, University of London Institute in Paris
http://www.ulip.lon.ac.uk/staff/pilkington.html

Abstract
The relevance theory account of metaphor comprehension has been revised in recent years to accommodate a reassessment of what is communicated. A consequence of the development of the notion of ad hoc concept construction for concept loosening is that metaphor utterances are now assumed to communicate the propositions they express, with the concept decoded from the metaphor vehicle (in the case of subject-predicate metaphors) being adjusted together with and in relation to the calculation of implicatures. The inferential process has become more complex in response to the recognition that properties applied to the metaphor topic concept are not taken directly from any context made straightforwardly accessible by the encyclopaedic entry of the metaphor vehicle concept (the emergent properties problem). I raise questions for aspects of the solutions that the revised account offers and go on to question whether an inferential explicature/implicature account can, in any case, do justice to our sense of what metaphors communicate.

Autres rencontres à l' ISC

rencontres "Plasticité cérébrale et remédiation cognitive"
Amphithéâtre de l’Institut des Sciences Cognitives, 18 avril 2007, 10 :00-13 :00

Introduction et présentation de la matinée : N. Franck
Des dysfonctions préfrontales à la remédiation 
: I. Amado et V. Chambon
Evaluation neuropsychologique du fonctionnement frontal : M.-C. Bralet
Impact hypothétique de l’IPT sur les fonctions frontales : F. Petitjean
Impact du jeu d’échecs sur les fonctions frontales : C. Demily
Impact de la remédiation cognitive sur la plasticité cérébrale : P. Marquet
Corriger les erreurs de mémoire pour réduire les symptômes psychotiques - études de cas exploratoires : J. Favrod
Le programme RECOS : P. Vianin
Conclusion : N. Franck


Catalogue en ligne de nos bibliothèques


La base du Catalogue Collectif des ouvrages de la Plateforme Documentaire en Neurosciences "Neurodoc" est en ligne pour que nous puissions la tester.  Elle permettra, quand elle sera tout à fait au point, de mieux gérer les ressources documentaires de la bibliothèque de l'ISC comme de celles des autres laboratoires de l'IFNL.

Cette base a été construite à l'aide du logiciel documentaire libre PMB. Des paramétrage et programmations complémentaires ont été nécessaires et vont bientôt s'achever.

Vous pouvez dès à présent tester ce catalogue : un moteur de recherche vous permettra d'interroger par le nom d'auteur, le titre de l'ouvrage, les mots clés etc.. (plus de 700 notices d'ouvrages ont déjà été entrées).
Vous pouvez ainsi localiser un ouvrage, il reste à programmer un "bouton" "contact" qui permettra d'avoir les coordonnées de la personne à contacter pour consulter l'ouvrage, mais pour les ouvrages de l'ISC, vous savez à qui vous adresser.

Les documentalistes des bibliothèques de l'IFNL attendent maintenant vos commentaires....
http://www.univ-lyon1.fr/neurodoc/test/opac_css/


séminaire du jeudi

séminaire du jeudi

 jeudi 12 octobre - 11h30 -  amphithéâtre de l'ISC
Xavier Caldu Ferrus
, Barcelona University
Dept./Sect./Str. Unit: Psychiatry and Clinical Psychobiology Genetic influence of COMT and DAT genotypes on brain activation and on cognitive and emotional functioning.

Dopamine is the main catecholamine in the central nervous systems and its pathways in the brain have been well established. This neurotransmitter is involved in the regulation of several brain functions such as executive functioning and emotion processing. An important aspect of dopaminergic transmission is its elimination once it has been released in the synapses. The two principal mechanisms of eliminating released dopamine are the catechol-O-methyltransferase (COMT) and the dopamine transporter (DAT).

COMT is a methylation enzyme that metabolizes dopamine released from the synaptic space. A missense mutation in the gene that codes for the COMT leads to a functional polymorphism (Val108/158 Met) that yields two variants of the enzyme: Val and Met. The enzyme containing the amino acid Met is thermolabile and shows significantly lower activity than that containing the amino acid Val. Since these alleles are codominant, heterozygous subjects show a level of COMT activity at midway of that shown by homozygous subjects.

DAT terminates dopaminergic transmission by taking released dopamine back into the presynaptic neuron. The human gene that codes for this protein maps to chromosome 5p15.3 and a polymorphic 40-base pair (bp) variable number of tandem repeat (VNTR) has been identified for this gene. This polymorphism consists of a repetition of 40 bp that yields several alleles ranging from 3 to 11 repeats, alleles of 9 and 10 repeats being the most common. The DAT polymorphism is located in a non-coding region of the gene and, although it does not affect the protein’s structure, it has been found to act as a modulator of gene transcription. In this regard, the 10-repeat allele has been related to higher levels of expression of the gene.

Differences in COMT and DAT genotypes presumably lead to differences in dopamine availability, which in turn might exert an influence on brain functions dependent on dopaminergic transmission. The aim of our current investigation is to examine the effect of the COMT and DAT polymorphisms on brain activation related to working memory and emotion processing tasks, as well as on cognitive function.

Brain activation, measured by functional magnetic resonance imaging, during the performance of a working memory task was related to the COMT and DAT genotypes, the Val and 9-repeat alleles being related to higher levels of activation. Behaviourally, the Val allele was related to higher number of perseverative errors on the (WCST) and with a higher number of commission errors on the CPT. The 10-repeat allele was associated with faster reaction times but also with a higher number of commission errors.

During the performance of an emotion processing task, the COMT Met allele and the DAT 10-repeat allele were related to higher levels of activation in the right anterior insula. Moreover, there was an interaction effect between the two genes, which revealed a differential effect of the DAT genotype on Met/Met subjects; subjects homozygous for the 10-repeat allele showed the highest level of activation. This effect was also observed as a trend to significance in the Val/Met group.

Our results support a role of COMT Val108/158 Met and DAT 40 bp VNTR, two genes that modulate synaptic dopamine levels, in executive functioning and in the processing of facial emotions.

 

Les journées "Regards conjoints sur la musique: musicologie, ethno-musicologie et sciences cognitives" se poursuivent dans l'amphithéâtre de l'ISC, elles sont libres d'accès et ouvertes à tous

jeudi 12 octobre à 14h

14h-15h30: Steven Mithen (University of Reading, UK): The music instinct: The evolutionary history of human musical ability

Why music? The enjoyment of music is as widespread among humans living today as the enjoyment of food, the use of language and any other trait that is recognised as universal. Music appears to be part of our biological constitution rather than a mere consequence of cultural history. And yet music has been largely neglected by palaeoanthropologists. This is perhaps not surprising as the past is silent - how can we know what type of musical capacities were possessed by our hominin ancestors? However difficult, it is nevertheless essential to address the evolution of human musical ability; unless we do so we are neglecting a fundamental part of part of the human condition because we are a musical species, and music provides one of the key mechanisms for cultural transmission. New research in the study of hominin fossils, archaeological remains and in the fields of neuroscience, developmental psychology and musicology are allowing new insights into the evolutionary history of musicality to be attained. These suggest that communication by variations in pitch and rhythm most likely preceded that of speech, and may indeed have provided the foundation from which spoken language evolved. This lecture will review these developments and suggest how they can be pieced together to begin to gain some understanding of the musicality of human ancestors and how our current musical and linguistic abilities evolved.

16h-17h30: Daniele Schoen (Institut de Neurosciences Cognitives de la Méditerranée, CNRS Marseille): Musique et langage: que fait le cerveau?

La musique et le langage, si similaires et si différents. Dans les neurosciences, il y a un débat autour des ces similarités et de ces différences, en ce qui concerne les aires cérébrales impliquées. Est-ce que ce sont les mêmes aires cérébrales qui traitent l'information musicale et linguistique ou bien sont-elles différentes? Et comment fonctionnent-elles? L'étude des déficits de patients cérébrolésés, l'utilisation des nouvelles méthodes de neuroimagerie chez le sujet sain et l'étude des effets de la pratique musicale nous donnent des indices pour répondre à ces questions.

17h30-19h00: Julien Meyer (Laboratori d' aplicacions bioacoustiques, Barcelone)
: L’écoute des langues sifflées sur la perception de la parole et des musiques traditionnelles.

La parole sifflée est un style de parole complémentaire que l’on rencontre dans plus de 30 langues du monde. Elle est le résultat de l’adaptation de l’intelligence perceptive et productive humaine a un biotope et à une langue. Ce phénomène aussi appelé « langue sifflée » permet des communications a distance dans le bruit de fond d’environnements ruraux. La ligne mélodique sifflée se concentre sur des éléments clefs saillants d’une langue donnée pour qu’elle reste hautement intelligible : le timbre de la voix pour les langues sans tons, la fréquence fondamentale pour les langues à tons. Dans certaines cultures cette pratique est aussi utilisée à la place de la voix chantée en musique traditionnelle, le sifflement buccal est même parfois remplacé par des flûtes.
voir aussi la page web http://www.lemondesiffle.free.fr


séminaire du jeudi
 jeudi 9 novembre - 11h30 -  amphithéâtre de l'ISC
Regina Sullivan (Department of Zoology University of Oklahoma, USA).
http://faculty-staff.ou.edu/S/Regina.M.Sullivan-1/


 jeudi 30 novembre - 11h30 -  amphithéâtre de l'ISC
Hatwig Spors
dynamique des représentations sensorielles.
L'orateur illustrera ce concept par les résultats qu'il obtient dans le système olfactif avec des techniques d'imagerie in vivo (signaux intrinsèques et colorants potentiel dépendants).  Il travaille au Max Planck Institute d'Heidelberg
http://www.mpimf-heidelberg.mpg.de/~spors/

Abstract
Odors evoke distributed dynamic glomerular activity patterns in the mammalian olfactory bulb (OB). While neurons downstream of sensory inputs respond to odorants with temporally structured activity, sensory inputs to glomeruli are typically described as static maps. Here we imaged the temporal dynamics of receptor neuron input to the OB with a calcium sensitive dye in the olfactory receptor nerve terminals in anesthetized mice. We found that diverse, glomerulus and odorant dependent temporal dynamics are present even at this initial input stage. Instantaneous spatial patterns of receptor neuron input to glomeruli changed both within and between respiration cycles. Significant changes of the odor evoked spatial patterns occur within the time window of 200 ms used by trained mice to discriminate odors. Glomerular odorant responses differed in amplitude, latency, rise time, and their degree of modulation by sniffing in an odorant specific manner. Pattern dynamics within the first respiration cycle recurred in a similar fashion during consecutive cycles. When sniff rate was increased artificially, pattern dynamics were preserved in the first sniff but were attenuated during subsequent sniffs. Temporal response properties were consistent across individuals on a coarse and on a fine scale of individual glomeruli. Latency and magnitude of glomerular inputs were only weakly correlated and might therefore convey independent odorant information. These data demonstrate that glomerular maps of primary sensory input to the OB are temporally dynamic. These dynamics may contribute to the representation of odorant information and affect information processing in the central olfactory system of rodents.


References
·       H. Spors, A. Grinvald (2002). Spatio-Temporal Dynamics of Odor Representations in the Mammalian Olfactory Bulb. Neuron, 34(2), 301-315
·       N. M. Abraham, H. Spors, A. Carleton, T. W. Margrie, T. Kuner, A. T. Schaefer (2004). Maintaining Accuracy at the Expense of Speed: Stimulus Similarity Defines Odor Discrimination Time in Mice. Neuron, 44, (5), 865-876.
·       Spors H, Wachowiak M, Cohen LB, Friedrich RW (2006) Temporal dynamics and latency patterns of receptor neuron input to the olfactory bulb. J Neurosci 26:1247-1259.
·       A.T. Schaefer, K. Angelo, H. Spors, T.W. Margrie. (2006) Neuronal Oscillations Enhance Stimulus Discrimination by Ensuring Action Potential Precision. Plos Biology 16.
·       <!--[if !supportLists]-->J. Reidl, J. Starke, D.B. Omer, A. Grinvald,<!--[endif]--> H. Spors. Independent Component Analysis of high-resolution imaging data identifies distinct functional domains. Neuroimage– in press.

Nouveau sur le site de l'ISC

document mis en ligne sur le site de l'ISC le 11 octobre 2006

Tiberghien, G. (1986). Context and cognition : Introduction. In G. Tiberghien (Guest Editor). Context and Cognition. C P C: European Bulletin of Cognitive Psychology, 6, special issue, 105-121

Conférence organisée par ESTIGMA
Estigma, association des étudiants et jeunes chercheurs en sciences cognitives,  propose une conférence 
le Lundi 16 OCTOBRE à 19h30
sur LES THERAPIES COGNITIVES ET COMPORTEMENTALE ET LES SCIENCES COGNITIVES,
avec Frédéric Rosenfeld (Psychiatre) et Jean Cottraux (Psychiatre, CHU deLyon)
A l'amphi Benveniste, Université Lyon2, 7 rue Raulin 7e (rez-de-chaussée)

Ceux qui le souhaitent pourront continuer la discussion avec les intervenants au restaurant. Se faire connaître avant vendredi auprès de Benjamin Schoendorff afin qu'il puisse réserver: B.schoendorff@cs.ru.nl

Pour mieux connaître ESTIGMA http://www.estigma.fr/

La fête de la science

L' IFNL propose dans le cadre de la Fête de la science 2006, conférences et animations du 12 au 15 octobre 2006
voir le programme complet sur le site de l'IFNL
http://ifnl.univ-lyon1.fr/sciencenfete/


séminaires de l'ISC - année 2005- 2006

séminaire du jeudi - amphithéâtre de l'ISC
jeudi 4 mai 2006 - 11h30

Caroline HURON (INSERM, Paris)

Mémoire de reconnaissance dans la schizophrénie: validité d'une approche en "première personne"

séminaire du jeudi - amphithéâtre de l'ISC 
jeudi 11 mai 2006 - 11h30
Jon Driver

Institute of Cognitive Neuroscience & Dept. Psychology
, Londres
http://www.icn.ucl.ac.uk/Staff-Lists/MemberDetails.php?Title=Prof&FirstName=Jon&LastName=Driver
avec de nombreuses publications en texte intégral
http://www.icn.ucl.ac.uk/attention/Publications.htm
Crossmodal Links in Spatial Attention
 
séminaire du jeudi - amphithéâtre de l'ISC
jeudi 18 mai 2006 - 11h30

Oliver Gruber

Universitätsklinikum des Saarlandes, Medizinischen Fakultät der Universität des Saarlandes, Germany.
http://wwwalt.uniklinik-saarland.de/psychiatrie/sub3/imaging/imaging.html
Brain mechanisms underlying cognitive control of behavior: Neural implementation in healthy human subjects and disturbances in psychiatric
patients


Abstract:

Systems neuroscience has become a major focus of research into the neurobiological basis of different psychiatric disorders. In this talk, recent findings from functional neuroimaging and experimental neuropsychological studies both in healthy humans and in psychiatric patients will be presented. The results of these studies indicate that different networks of brain regions underlie specific cognitive processes like working memory, conflict detection and task-set configuration. Furthermore, patients with different psychiatric disorders like schizophrenia, bipolar affective disorder and obsessive-compulsive disorder show, at least in part, differential patterns of dysfunctions of these brain mechanisms.


Thèses et  Habilitations à Diriger les Recherches à l'ISC

mercredi  7 décembre à 10h - salle C de l'Institut des Sciences Cognitives

Ira Noveck présentera ses travaux
Le lien entre le raisonnement et la pragmatique

voir la page de l'équipe d'Ira Noveck
http://www.isc.cnrs.fr/nov/novmenu.htm

lundi 12 décembre à 10h -amphithéâtre de l'Institut des Sciences Cognitives

soutenance publique de la thèse de Nathalie Decoppet

Les effets d’Age d’Acquisition de la forme orthographique des mots : illusion ou réalité ?
Une approche développementale de la construction des mémoires orthographiques entre l’enfance et l’âge adulte.


Résumé :
Au cours des vingt dernières années, un nombre croissant de recherches se sont attachées à démontrer empiriquement l’existence d’une influence indépendante de l’âge auquel les mots ont été appris dans l’enfance sur les capacités ultérieures de reconnaissance et de production de ces mots à l’âge adulte. Le réexamen de ces données dans une perspective connexionniste a toutefois conduit Zevin et Seidenberg (2002) à mettre sévèrement en cause la robustesse de ces précédentes démonstrations dans le champ de la lecture experte. Les effets d’Age d’acquisition (AdA) ont alors été décrits comme la conséquence exclusive des apprentissages par mémorisation d’associations arbitraires de patterns, très éloignés des processus d’acquisition des appariements grapho-phonémiques dans les langues alphabétiques. Nos travaux reviennent sur cette position radicale en proposant une approche empirique et théorique du phénomène de l’AdA et de ses origines, spécifiquement centrée sur la description de l’impact de l’AdA de la forme orthographique des mots. Les résultats obtenus auprès d’enfants ou d’adultes, et pour différentes langues, encouragent la réhabilitation des effets d’AdA sur le traitement visuel des mots, mais confirment également que l’influence résiduelle de l’AdA dépend des possibilités de réinvestissement des connaissances antérieures au moment des acquisitions nouvelles. Ces observations ont été discutées en référence à l’approche classique du développement de la lecture soutenue par les modèles connexionnistes parallèles et distribués, et quelques perspectives pour l’entraînement à la lecture ont été dégagées.


Composition du jury :
Olivier Koenig
Ram Frost
Bernard Lété
Ludovic Ferrand
Tatjana  Nazir


lundi 12 décembre à 15h - amphithéâtre de l'Institut des Sciences Cognitives

soutenance publique de la thèse de Marie Avillac
Représentation de l'espace et intégration multisensorielle dans l'aire ventrale intrapariétale du primate.

Composition du jury :
- Pr. Rémi Gervais
- Dr. Driss Boussaoud, rapporteur
- Dr. Franck Bremmer, rapporteur
- Dr. Jean-René Duhamel, directeur de thèse
- Dr. Alessandro Farné
- Dr. Marie-Hélène Giard

Résumé de la thèse :
Le but de cette thèse est de décrire les mécanismes neuronaux à l’origine des représentations sensorielles, et comprendre comment celles-ci fusionnent afin de produire une perception unifiée de l’espace multimodal. Notre modèle est l’aire ventrale intrapariétale (VIP), site de convergence multisensorielle dédié au traitement des informations spatiales. Notre méthode d’investigation s’appuie sur des enregistrements extracellulaires chez le primate en comportement. Nous démontrons que la représentation multisensorielle de l’espace dans VIP n’exige pas un cadre de référence commun, et qu’il y coexiste plusieurs codages possibles, au niveau unitaire et populationnel. De plus, les neurones de VIP intègrent des entrées de plusieurs modalités sensorielles de manière non linéaire et leurs ré

ponses sont amplifiées ou déprimées en fonction de règles spatio-temporelles précises. Les interactions identifiées au niveau unitaire sont corrélées au comportement de détection multisensorielle.

Abstract of the thesis :
The goal of this thesis is to describe neuronal mechanisms underlying sensory representations and how they fuse to build a unified representation of multimodal space. We studied the ventral intraparietal area (VIP), a site of multisensory convergence involved in spatial information processing. Our method consisted in recording the extracellular discharge of single neurons in the awake, behaving macaque monkey. We show that multisensory space representation in VIP does not require a remapping of all sensory modalities into a common reference frame, and that there are several kinds of coding, at the single unit and at the population level. Moreover, VIP neurons integrate inputs from several sensory modalities non-linearly and their responses are enhanced or depressed as a function of specific spatio-temporal rules. Finally, multisensory interactions identified at the single cell level are found to correlate with multisensory detection behavior.


colloques

European Science Foundation
ESF EMRC-SCH-SCSS EXPLORATORY WORKSHOP
The contribution of animal research to the study of human cognition
Centre International de Rencontres en Mathématiques Marseille, France, 6-9 December 2005
Convened by Joël Fagot (CNRS, Institut de Neurosciences Cognitives de la Méditerranée, Marseille)  and Anne Reboul (Institut des Sciences Cognitives, Lyon)
http://www.isc.cnrs.fr/reb/index

http://esfworkshop.isc.cnrs.fr/


mardi 20 décembre - 
amphithéâtre de l'Institut des Sciences Cognitives
Créativité et innovation dans la production musicale et sa perception


anciens séminaires de l'ISC - année 2005- 2006


jeudi 6 octobre 2005 - 11H30 - Amphithéâtre de l'Institut des Sciences Cognitives

Alumit Ishai, PhD, Assistant Professor
Institute of Neuroradiology,
Winterthurerstr. 190
8057 Zürich
University of Zurich
http://www.ini.unizh.ch/~alumit/


http://www.neurozh.ch/e/groups/ishai00.htm

Category learning is modulated by visual similarity

We used event-related fMRI to test whether category learning depends on visual similarity between familiar prototypes and novel exemplars. Subjects memorized portraits, landscapes, and abstract compositions by six painters with a unique style, and later performed a memory recognition task. The prototypes were presented with new exemplars that were either visually similar or dissimilar. Behaviorally, novel, dissimilar items were detected faster and more accurately. We found activation in a distributed cortical network that included face- and object-selective regions in the visual cortex, where familiar prototypes evoked stronger responses than new exemplars; attention-related regions in parietal cortex, where responses elicited by new exemplars were reduced with decreased similarity to the prototypes; and the hippocampus and memory-related regions in parietal and prefrontal cortices, where stronger responses were evoked by the dissimilar exemplars. Our findings suggest that category learning is mediated by classification of novel exemplars as a match or a mismatch, based on their visual similarity to familiar prototypes.

jeudi 20 octobre 2005 - 11H30 - Amphithéâtre de l'Institut des Sciences Cognitives
Todd Braver
Co-Director of the Cognitive Control and Psychopathology Laboratory at Washington University

http://iac.wustl.edu/~ccpweb/braver.html
voir plusieurs publications en libre accès :
http://iac.wustl.edu/~ccpweb/publications.html

Dual Mechanisms of Cognitive Control
A new framework is described that postulates two distinct operating modes of cognitive control, where each is subserved by a separate set of mechanisms. These dual control modes are referred to as proactive and reactive control. As the name suggests, proactive control is prospective or future-oriented, helping to prepare the cognitive system for upcoming events through the predictive use of context. In contrast, reactive control is retrospective, responding to the presence of salient or imperative events by transient re-activation of previously stored information on a just-in-time basis.  Although both modes of control can enable reasonably successful performance in cognitive tasks, each has strengths and weaknesses in terms of their consequences for information processing and behavior. Accordingly, performance in most cognitive tasks will rely upon a mixture of proactive and reactive control.  However, biases towards one mode or another can be influenced by a number of different factors, including a) the specific (and often subtle) characteristics of the task situation;  b) impaired function in the neural systems underlying one mode or another;  and c) individual differences in cognitive capabilities and motivational disposition. Evidence from studies will be presented that suggests these two control mechanisms can be distinguished along a number of different dimensions,  including neural substrates (lateral prefrontal cortex, anterior cingulate cortex),  temporal dynamics, and computational properties. I will argue that such situational and individual variability in control processes is a critical factor that must be successfully incorporated into any viable mechanistic model of cognitive control.
jeudi 27 octobre 2005 - 11H30 - Amphithéâtre de l'Institut des Sciences Cognitives

Friedemann Pulvermüller

MRC Cognition and Brain Sciences Unit, Cambridge, UK

http://www.mrc-cbu.cam.ac.uk/Common/People/people-pages/Friedemann.Pulvermuller.shtml
titre à préciser



Jeudi 3 novembre
2005 - 11H30 - Amphithéâtre de l'Institut des Sciences Cognitives
Julien Musolino
Department of Speech and Hearing Sciences Indiana
University
http://www.indiana.edu/~plp/
titre à préciser


Jeudi 10 novembre 2005 - 11H30 - Amphithéâtre de l'Institut des Sciences Cognitives
Ed Hubbard,
Unité de Neuroimagerie Cognitive,
Inserm U562 Service Hospitalier Frédéric Joliot CEA
http://www.unicog.org/main/pages.php?page=Ed_Hubbard
ou
http://psy.ucsd.edu/~edhubbard/

Individual Differences Among Grapheme-Color Synaesthetes: Psychophysical and Neuroimaging Investigations


Although previous behavioral and neuroimaging results show clear differences between synesthetes and controls, no study has directly compared behavioral performance and neuroimaging results in the same subjects. In this study, we compared behavioral and fMRI responses in six grapheme-color synesthetes to control subjects. We found that a subject's synesthetic experience can aid in texture segregation and to reduce the effects of crowding. For synesthetes, graphemes produced larger fMRI responses in color selective area hV4 than for control subjects. Importantly, we found a correlation between the behavioral and fMRI results; subjects with better performance on the behavioral experiments showed larger fMRI responses in early retinotopic visual areas (V1, V2, V3 and hV4). These results suggest that grapheme-color synesthesia is the result of cross activation between grapheme-selective and color-selective brain areas. These data suggest that grapheme color-synesthetes may constitute a heterogeneous group, whose experiences are elicited at different representational levels. We suggest that, in some synesthetes, cross-activation occurs in the region of the fusiform gyrus, while for others, cross-activation may occur between representations of numerical magnitude and space in the parietal lobe. 

séminaire du jeudi -
amphithéâtre de l'ISC

jeudi 8 décembre 2005 - 11h30

Paolo Bartolomeo,
Centre de Recherche Paul Broca, INSERM, Paris

INSERM U 610, Hôpital
de la
Salpêtrière

http://www.u610.ifrns.chups.jussieu.fr/Paolo/

Les bases
neurales de la négligence spatiale unilatérale


séminaire
du jeudi - amphithéâtre de l'ISC

jeudi 18 janvier 2006 - 11h30

Ricardo Gil da Costa, Primate
Cognitive Neuroscience Laboratory, Harvard University


http://www.wjh.harvard.edu/~mnkylab/LPGrad.html

Toward an evolutionary perspective on the behavioral and neural basis of conceptual representation in non-human primates

Non-human primates produce a diverse repertoire of species-specific calls and seem to have rich conceptual systems.  Some of their calls are designed to convey information about concepts such as predators, food, and social relationships, as well as the affective state of the caller. This makes vocal communication a powerful milieu and tool to probe their conceptual representation system. Behavioral studies have also identified rapid acquisition of conceptual representations and evidence of cerebral asymmetries for specialized processing of species-specific vocalizations in more than one primate species.

However, little is known about the neural architecture of these calls, and much of what we do know is based on electrophysiological studies. Using positron emission tomography (PET) in awake rhesus macaques, we found that species-specific vocalizations elicited differential activity in higher-order visual areas, including regions in the temporal lobe associated with the visual perception of object form (TE/TEO) and motion (STS) and in storing visual object information into long-term memory (TE), as well as in limbic (the amygdala and hippocampus), and paralimbic regions (ventromedial prefrontal cortex) associated with the interpretation and memory encoding of highly salient and affective material. This neural circuitry strongly corresponds to the network shown to support representation of conspecifics and affective information in humans. These findings shed light on the evolutionary precursors of conceptual representation in humans, suggesting that monkeys and humans have a common neural substrate for representing object concepts. Moreover, we have found that such vocalizations, but not control stimuli, evoke distinct patterns of brain activity in ventrolateral frontal cortex and Tpt, areas previously reported as possible structural homologues of the human perisylvian language areas. Rather than resulting from differences in elementary acoustic properties, this activity appears to reflect differences in higher-order auditory processing. The activation of these homologue areas may represent a way of coupling meaning encoded in sound to the more general conceptual system.



colloques virtuels

International Web Conference on Causal cognition in human and nonhuman animals

"David Hume famously claimed that causality is the cement of the universe. Today, we can re-interpret his claim by saying that causality is the cognitive cement of the universe. It is indeed a central notion in the representation of action that governs the observed behaviour in many different species. It links eventualities and predicts the consequences of action. It is the origin of behaviours that allow animals, notably human animals, to act upon and thus shape their environments. Causality is also the cognitive basis for the acquisition and the use of categories and concepts in the child. As such, it is the basis for rationality."
The workshop will bring together psychologists, philosohers, primatologists, linguists to explore the difference between animal and human causality, the role of language in shaping our causal reasoning as well as the role of association and memory in causal understanding.
Starting from March 1st 2005, a new paper will be open to discussion every two weeks.
This workshop is organized by the team Linguistics, Pragmatics and Cognition at the Institute for Cognitive Science in Lyon and the University of Geneva and financed by the PRASC. http://www.interdisciplines.org/causality


soutenances de thèses
Nadia Benboutayab
vendredi 24 septembre 2004 - 16h15 -
amphithéâtre de l'Institut des Sciences Cognitives
Interactions des facteurs visuels et lexicaux  au cours de la reconnaissance des mots écrits : l'effet de la position du regard
Doctorat de sciences cognitives, mention neuropsychologie
jury :
Pr Marc Brysbaert , University of London
Pr
Ram Frost, The Hebrew University of Jerusalem
Dr Jonathan Grainger, Directeur de recherche au CNRS, Aix en Provence
Dr Tatjana Nazir,
Institut des Sciences Cognitives, Lyon , directeur

L’objectif de ce travail doctoral a été de développer un modèle mathématique simple, décrivant les interactions entre les facteurs visuels et les facteurs lexicaux, au cours de la reconnaissance visuelle des mots chez les lecteurs experts. À cet égard, nous avons modifié le modèle initialement élaboré par Kajii (Kajii, 2000, voir aussi Nazir et al., 1991 ; 1998) de manière à rendre compte, non seulement de la reconnaissance des mots, mais aussi de la reconnaissance des pseudomots, ainsi que de l’occurrence des différents types d’erreurs, typiquement observées lors de présentations non optimales des stimuli orthographiques. La décomposition du processus sous-tendant la reconnaissance visuelle des mots, en différents sous-composants (identification perceptive totale, inférence lexicale et omission), nous a permis de prédire les performances dans deux tâches expérimentales différentes (identification perceptive et décision lexicale).
L’extension du modèle, tel que présenté à l’issue de ce travail, est non seulement conforme aux données actuelles de la littérature, mais présente également un outil pertinent permettant de mieux appréhender les processus liés à l’acquisition de la lecture ainsi que le diagnostic des déficits de lecture développementaux et acquis.

équipe de Tatjana Nazir

Tijana Asic
a soutenu le lundi 6 septembre 2004 sa thèse de doctorat en Sciences Cognitives, option: Sciences du langage, intitulée
"La représentation cognitive du temps et de l'espace: étude pragmatique des données linguistiques en français et dans d'autres langues".
Cette thèse en co-tutelle entre l'Université de Genève (directeur: Jacques Moeschler) et l'Université Lumière-Lyon2 (directrice: Anne Reboul) a obtenu à l'unanimité la mention "très honorable avec les félicitations du jury". Le jury se composait de: Jacques Moeschler (Université de Genève), Eric Wehrli (Université de Genève), Ira Noveck (Institut des Sciences Cognitives), Peter Kosta (Université de Postdam), Nicholas Asher (Université du Texas à Austin) et Anne Reboul (Institut des Sciences Cognitives). La thèse sera prochainement en accès libre sur le site de l'ISC.

équipe d'Anne Reboul

colloque virtuel

Issue in Coevolution of Language and Theory of Mind : 
<>le colloque interdisciplinaire sur internet  organisé par l'ISC se poursuit,
une nouvelle conférence de
Michael Arbib

(Director of the USC Brain Project
University of Southern California )
est ouverte à la discussion  http://www.interdisciplines.org/coevolution
voir aussi la page de Michael Arbib
http://www-hbp.usc.edu/people/arbib.htm


nouveau sur le site de l'ISC

Voir sur la page du Peter Dominey
Demonstration of human - robot interaction
http://www.isc.cnrs.fr/dom/RoboGroup-dial.html

médailles
notre jeune collègue Barbara Tillman, de l'unité 5020 du CNRS, "neurosciences et systèmes sensoriels" a obtenu la médaille de bronze du CNRS pour 2004
lire sa page sur le site de son labo, membre de l'IFNL,
http://olfac.univ-lyon1.fr/unite/equipe-02/tillmann/tillmann-e.html
avec de nombreux articles en accès libre

mis à jour le
lundi 20 septembre 2004


séminaires et ateliers année universitaire 2005-2006

Conférence de François Guillem, Ph.D. Université de Montréal-Hôpital L-H Lafontaine
Cognition et dimensionnalité de la schizophrénie : Une nouvelle approche organo-dynamique?
http://www.hlhl.qc.ca/crfs/guillem.htm

mercredi 14 septembre 2005 à 14h salle du Conseil de l'ISC,

L'approche dimensionnelle permet de prendre en compte la diversité de l'expression symptomatique de la schizophrénie. Comment la conjonction de cette approche avec les méthodes d'exploration neurocognitive peut-elle permettre de situer l'expression de la maladie dans la dynamique du traitement de l'information ? L'exposé comprendra une introduction à l'approche dimensionnelle de la schizophrénie et une présentation des données cliniques, cognitives et fonctionnelles de la littérature. Des résultats obtenus par notre équipe à Montréal permettront d'illustrer comment la neuropsychologie et les potentiels cognitifs permettent d'aborder la dynamique des interactions entre symptômes et perturbations cognitives.

Une autre conférence, plus axée sur la clinique, sera donnée par
François Guillem
mardi 13 septembre à 11h à la Bibliothèque sdu service du professeur Terra
à l'hôpital Le Vinatier, bd Pinel à Bron

François Guillem, Ph.D. Université de Montréal-Hôpital L-H Lafontaine
Approche dimensionnelle de la schizophrénie : aspects  cliniques, cognitifs et neurophysiologiques.

Résumé: L'hétérogénéité d'expression de la schizophrénie, reconnue dès les premières descriptions, a toujours posé problème au clinicien qui se trouve confronté à la réalité du patient et doit choisir le
traitement le plus approprié. Une façon de réduire l'hétérogénéité à été de définir des sous-catégories diagnostiques, mais celles-ci étant co-exclusives, elles ne permettent pas de décrire adéquatement l'ensemble de la symptomatologie du patient. Une alternative est de considérer la maladie comme une juxtaposition de syndromes ou dimensions et de décrire le patient selon un profil dimensionnel. Si
l'on admet que chaque dimension reflète un processus psychopathologique, l'intérêt est alors de d'identifier les facteurs qui influencent ou déterminent chacun de ces processus. Nous présentons des données montrant comment la personnalité, l'humeur et les troubles cognitifs peuvent participer, voire orienter, l'expression de la maladie.


Conférence à l'ISC, organisée par Marc Jeannerod et Chloë Farrer
s'inscrire auprès de cette dernière
(farrer@isc.cnrs.fr)
Provisional title  "anatomical and functional organisation of the inferior parietal lobule and its role in the mirror system : evidence from monkey and human studies”.

Date: 15 septembre 2005

Lieu: Institut des Sciences Cognitives, 67 Bd Pinel, 69675 Bron cedex
tel: 04 37 91 12 14

Programme provisoire:

8:30 -9:00: welcome
9:00 -9:30: Giacomo Rizzolatti and/or Stefano Rozzi: "Functional organization of the macaque IPL"
9:30 -10:00: Jean-René Duhamel: TBA
10:00 - 10:30: Dave Perret: TBA

10:30-11:00: Break

11:00 -11:30: Svenja  Caspers: A new architectonic map of the human inferior parietal lobule in MNI space
11:30 - 12:00: Stefan Geyer: Intersubject variability and probability maps of the human parietal cortex
12:00 -12:30: Karl Zilles: Transmitter receptors in the human parietal cortex

12:30 -14:00: Lunch

14:00 -14:30: Guy Orban: TBA
14:30 -15:00: K. Nelissen: TBA
15:30 -16:00: Chlöé Farrer: TBA
16:00 -16:30: Julie Grèzes : TBA

16:30-17:00: Break

17:00 -17:30: Prof Moschovakis: Coordinate transformations for motor control
17:30 -18:00: Yves Rossetti : TBA
18:00 -18:30: Tatiana Nazir: TBA

NB: les titres manquants seront indiqués dès que possible

Lundi 19  septembre 2005 11:30-12:30.

Salle du Conseil de l'ISC

Aldo Rustichini (University of Minnesota).

http://www.econ.umn.edu/faculty/arust/

Eye to eye communication

Abstract

Empathy is the ability of the observer to reproduce the internal states of others, either when observing an external event or the display of a reaction, motor or affective. We test the hypothesis that empathy is used as an information extracting device: the reproduction of the neural activity of the observed subject provides a signal on the information available to the observed subject. An implication of the theory is that a subject has very little to know on his own internal states, so brain activity related to empathy should be smaller than it is when a different subject is involved.


We test this hypothesis using the simplest form of interpersonal communication: the exchange of gazes among human subjects, including the subject looking at himself. Five different conditions have been used. The key comparisons are between the brain activity of a subject when he is looking at a different person and when he is looking at his own eyes. In other conditions, subjects are looking at an observer who is not looking, or they are looked at as they are not looking.


A group of 21 subjects has been observed in an fMRI study. The results support the hypothesis of empathy as an information acquisition. The activation of the area BA 44 is strongest when two subjects exchange gazes, is weaker when a subject is not looking and the other is looking, still weaker when the subject is looking at himself.


The lowest activation occurs when the subject is looking at a fixed picture or when the opponent is not looking. In summary, activation of an area like BA44, which is mostly devoted to communication, is roughly proportional to the occurrence or to the potential for communication between the two subjects. Similar patterns are found for Anterior Insula and Cingulate.



séminaires et ateliers année universitaire 2004-2005

jeudi 23 septembre 2004 - 11h30 - amphithéâtre de l'Institut des Sciences Cognitives
Ram Frost
Laboratory for Verbal Information Processing
Department of Psychology
The Hebrew University of Jerusalem
page personnelle
http://micro5.mscc.huji.ac.il/~frost/

Stimulus-onset asynchrony (SOA) does not reveal the absolute time course of cognitive processing in fast priming experiments.

Applying Bloch's law to visual word recognition research, both exposure duration
of the prime and its luminance determine the prime's overall energy, and consequently
determine the size of the priming effect. Nevertheless, experimenters using fast priming
paradigms traditionally focus only on the SOA between prime and target to reflect the
absolute speed of cognitive processes under investigation. Some of the discrepancies in
results regarding the time course of orthographic and phonological activation in word
recognition research may be due to this factor. This hypothesis was examined by
manipulating parametrically the luminance of the prime and its exposure duration,
measuring their joint impact on masked repetition priming. The results show that small
and nonsignificant priming effects can more than triple by simply increasing luminance,
when SOA is kept constant. Moreover, increased luminance may substitute for additional
exposure duration and vice versa.



jeudi 30 septembre 2004 - 11h30 - amphithéâtre de l'Institut des Sciences Cognitives
Jean Claude Dreher, CNRS, Institut des Sciences Cognitives, Lyon

The brain as an inferential machine: insights from functional Magnetic Resonance Imaging in the domains of cognitive control and reward processing.


The brain is continuously making predictions about events or actions and evaluating these predictions. This is true in different domains, such as cognitive control and reward processing. My recent research focuses on understanding how the brain codes the statistical properties of information related to cognitive decisions and rewards. In the domain of cognitive control, I show that manipulating the probability and the history of sequences of decisions have a profound influence on the way that different prefrontal cortex regions are recruited. In particular, the lateral prefrontal cortex is activated when there are short-term interactions between sequences of decisions, even when no memory of these decisions is required. Thus, an important function of the lateral prefrontal cortex may not only be the maintenance of sensory information or the prospective use of that information for behavior, but the automatic formation of a trace of recent decisions.
I have recently extended my study of the probabilistic functions of the brain to the domain of reward processing. Electrophysiological studies in monkeys indicate that dopaminergic neurons may code two statistical parameters of reward information: a transient reward error prediction signal and a sustained signal covarying with reward uncertainty. I used event-related fMRI and a novel paradigm designed to disentangle the brain regions covarying with each of these two signals in humans.  Systematic variation of monetary reward probability, magnitude and expected reward value revealed that the dopaminergic midbrain was activated both transiently with the error prediction signal and in a sustained fashion with reward uncertainty. Moreover, distinct activity dynamics were observed in post-synaptic dopaminergic projection sites: the prefrontal cortex responded to the transient error prediction signal, while the ventral striatum covaried with the sustained reward uncertainty signal. These results suggest that specific functional brain networks may have developed to code distinct aspects of the statistical properties of reward information.
If time allows, I will also describe recent brain imaging results obtained in healthy aging subjects and in patients with schizophrenia.


jeudi 7 octobre 2004  Giorgio Coricelli , ISC
http://www.econ-pol.unisi.it/docenti/gcoricelli.html

jeudi 14 octobre 2004 Vinod Goel 
Associate Professor, Dept. of Psychology
York University

http://www.yorku.ca/vgoel/

jeudi 4 novembre 2004 - Deirdre Wilson
http://www.icn.ucl.ac.uk/members/Wilso86/
http://jeannicod.ccsd.cnrs.fr/perl/searchml?LANG=en&_order=order1&submit=Search&authors=Wilson

jeudi 11 novembre 2004 - jour férié - pas de séminaire

jeudi 18 novembre 2004 - Peter Kosta, Universität Potsdam

jeudi 2 décembre 2004
Robyn Carston, Reader in Linguistics
Department of Phonetics and Linguistics University College London

http://www.phon.ucl.ac.uk/home/robyn/home.htm

jeudi 9 décembre 2004 - 11H30 - Amphithéâtre de l'Institut des Sciences Cognitives
Mireille Bonnard, MOUVEMENT ET PERCEPTION, Marseille
http://www.laps.univ-mrs.fr/umr/personnel/bonnard/default.html
Interactions entre fonctions cognitives et motrices: étude par Stimulation Magnétique Transcrânienne chez l’homme.
M. Bonnard, M. Camus, J. de Graaf & J. Pailhous


Les nombreuses signatures des processus cognitifs dans les patrons d’activation du cortex moteur ou dans l’excitabilité corticospinale ont permis d’avancer l’idée que le cortex moteur est un nœud crucial dans le traitement de l’information cognitive en liaison avec les fonctions sensorimotrices. L’étude des états préparatoires apparaît comme une fenêtre de choix pour étudier cette interaction entre fonctions cognitive et motrice. Dans cet exposé, nous voudrions montrer comment l’anticipation d’une perturbation transitoire du mouvement contribue à éclairer cette question. Au cours d’une action motrice volontaire, l’excitabilité corticospinale (CS) est modulée, d’une part, par des processus cognitifs (liés à l’intention) et, d’autre part, par des processus moteurs (liés à la performance). Nous avons étudié la manière dont ces processus interagissent dans le réglage de l’excitabilité CS au cours d’un mouvement volontaire du poignet en utilisant la stimulation magnétique transcrânienne (TMS) à la fois pour quantifier l’excitabilité CS, via les potentiels évoqués moteurs (MEPs), et pour évoquer centralement un mouvement (parce que l’intensité  de stimulation était suffisamment élevée). Les sujets avaient pour consigne de se préparer (sans modification de leur activité électromyographique) soit ‘‘à se laisser faire’’, soit ‘‘à résister’’ à ce mouvement évoqué. Nous avons étudié l’évolution simultanée de la performance motrice et des MEPs au niveau des muscles fléchisseur et extenseur du poignet séparément pour les essais réussis (en moyenne, 66% des essais, quelle que soit la condition) et les essais ratés ; ceci nous a permis de dissocier les processus liés à l’intention de ceux liés à la performance. A leur grande surprise, les sujets étaient capables de se préparer à résister à une perturbation d’origine centrale ; ils ont tous rapporté un effort cognitif important sur le mouvement évoqué. De plus, l’amplitude de ces potentiels évoqués était en relation directe, quelle que soit la consigne, avec le mouvement réalisé. Ces résultats démontrent que l’intention permet une modulation anticipée de l’excitabilité CS, qui n’est pas seulement sélective mais également efficace, permettant au comportement moteur intentionnel d’avoir une véritable chance d’être réalisé. Ceci constitue une preuve directe du rôle de l’excitabilité CS dans la liaison entre processus cognitifs et moteurs chez l’homme. Lors de la marche, on aurait pu penser, étant donnée la puissance de l’automatisme spinal, que la question du réglage cognitif de l’excitabilité corticospinale se pose différemment. Nos résultats montrent qu’il n’en est rien ; le réglage cognitif de l’excitabilité CS non seulement s’adapte spécifiquement au type de mouvement évoqué, mais est également très flexible puisqu’il est susceptible de s’adapter au cours même du cycle locomoteur.

jeudi 16 décembre 2004 - 11H30 - Amphithéâtre de l'Institut des Sciences Cognitives

Nicholas Asher, Professor, Department of Philosophy
University of Texas at Austin
http://www.utexas.edu/cola/depts/philosophy/faculty/asher/main.html


Ecole Doctorale Biologie Moléculaire Intégrée et Cognitive – B.M.I.C. - Directeur : Robert GARRONE
Master Recherche de Neurosciences,Responsable : Pr. François JOURDAN, Secrétariat : Florence Léger Tél. : 04 37 28 76 00 Fax : 04 37 28 76 01 Email : fleger@olfac.univ-lyon1.fr
Module 1 : De la perception à la mémoire
Du 19 au 25 Janvier 2005
Cycle de cours-conférences ouvert à tous et organisé dans le cadre de l’école doctorale BMIC, avec le soutien de l’Institut Fédératif des Neurosciences de Lyon
tous les programmes et les bibliographies des auteurs
Les 19, 20, 24 et 25 Janvier : Amphithéâtre de l’Institut des Sciences Cognitives, 67, Bd Pinel, Bron
Le 21 Janvier: Amphithéâtre G1, Université Cl. Bernard, site de Gerland, 50, Av. Tony Garnier, Lyon 7

Coordonnateurs :
Nathalie Buonviso , buonviso@olfac.univ-lyon1.fr et  Nadine Ravel ravel@isc.cnrs.fr

 
jeudi 27 janvier 2005 - 11H30 - Amphithéâtre de l'Institut des Sciences Cognitives
Guy Denhière, Benoit Lemaire, C.N.R.S., Laboratoire de Psychologie Cognitive, UMR 6146 CNRS et Université de Provence.
De la Mémoire à la compréhension de textes

ABSTRACT

In this talk, we will present the architecture of KISS (Knowledge Integration System Software), a computer program which aims at simulating the process by which humans comprehend texts, that is, construct a coherent representation of the meaning of  the text through processing in turn all sentences. This program, largely modular and parameterizable, is based on theories about human memory and text comprehension, namely : the Latent Semantic Analysis theory of knowledge representation (Landauer & Dumais, 1997), the construction-integration model (Kintsch, 1998), and the predication algorithms (Kintsch, 2001, Lemaire & Bianco, 2003).

REFERENCES

  1. Denhière, G. & Lemaire, B. (2004). A computational model of children's semantic memory. In K. Forbus, D. Gentner, & T. Regier (Eds.), /Proceedings of the 26^th Annual Meeting of the Cognitive Science Society/ (pp. 297-302), Chicago.
  2. Lemaire, B. & Denhière, G. (2004). Incremental construction of an associative network from a corpus. In K. Forbus, D. Gentner, & T. Regier (Eds.), /Proceedings of the 26^th Annual Meeting of the Cognitive Science Society/ (pp. 825-830), Chicago.
  3. Lemaire, B., Denhière, Bellissens & Jhean-Larose (2004). A semantic space for modeling children's semantic memory. In D. McNamara (Ed.), Latent Semantic Analysis : A road to meaning. Lawrence Erlbaum Associates.

jeudi 3 février 2005  - 11H30 - Amphithéâtre de l'Institut des Sciences Cognitives
Valerie Doyere, PhD
CNS-NYU NY (USA) 1-212-998-3945
NAMC-UMR8620 Univ. Paris-Sud 33-1-6915-4987
http://www.cns.nyu.edu/home/ledoux/members.htm

"La plasticité dans l'amygdale latérale et son rôle dans le conditionnement
de peur"

mercredi 09 février 2005 - 13h30-14h30, -
Amphithéâtre de l'Institut des Sciences Cognitives
Dr Gianluigi Mongillo, Universita di Roma, Rome, Italy
"Learning of persistent activity distributions in model networks with plastic spike-driven synapses"
on trouvera plusieurs articles récents de GM sur internet :
http://titanus.roma1.infn.it/

jeudi 10 février 2005 - 11H30 - Amphithéâtre de l'Institut des Sciences Cognitives -
Brice Gutkins, institut Pasteur

"Work and doesn't work in models of working memory"

jeudi 17 février 2005 - 11H30 - Amphithéâtre de l'Institut des Sciences Cognitives
<>Andrei Popescu Belis
"Research on dialogue understanding: using surface annotations for meeting processing and retrieval"

ABSTRACT
One of the current challenges to speech and language understanding is the situation where verbal communication is used interactively. Two main research domains deal with this issue: on one side, spoken dialog systems (for interaction between people and computers), and on the
other, human dialog understanding systems (for tracking dialogs
between humans). As an application of the latter approach, we focus on
automatic meeting processing and retrieval. This application enables people who did not attend a meeting (e.g. a staff or a business meeting), or people who want to review a past meeting, to search for a particular piece of information connected to the meeting.

We defined a shallow dialogue analysis (SDA) model, aimed at human-human dialogues, based on four four components: dialogue acts, topic segmentation, referential information (coreference and references to documents), and discourse markers. Several techniques are used to detect the SDA features, in most cases based on machine-learning algorithms. These are trained and evaluated thanks to a common data set and an annotation format. The integration of the four components in a unique SDA parser is under way.

The SDA annotations are stored in a database of meetings, which allows meeting retrieval. Users can submit queries based on the SDA features, and retrieve utterances from a dialogue. The SDA annotations also enable the production of a rich transcript of the meeting, which can be used for browsing. A transcript-based query and browsing interface has been designed and can be demonstrated.

ISSCO/TIM/ETI, Université de Genève
tél: +41 (0)22 379 86 81      40, bd. du Pont d'Arve
fax: +41 (0)22 379 86 89      1211 Genève 4 - Suisse
 http://www.issco.unige.ch/staff/andrei


jeudi 3 mars 2005 Amphithéâtre de l'Institut des Sciences Cognitives
journée de présentation des travaux des étudiants de l'ISC

Session 1 10h – 10h15 Carine Cicéron (I. Noveck) : Raisonnement conditionnel et pragmatique 10h15 – 10h30 Coralie Chevallier (I. Noveck) : Prosodie et pragmatique 10h30 – 10h45 Olivier Cavallero (A. Reboul) : Théorie de l’esprit et acquisition du langage 10h45 – 11h Nadège Foudon (A. Reboul) : Théorie de l’esprit et autisme 11h – 11h15 Stéphanie Bourret (P. Dominey) Mémoire de travail visuelle et maladie de Parkinson : approche en PET 11h15 – 11h30 Valérian Chambon (N. Franck) Contrôle cognitif dans la schizophrénie 11h30 – 11h45 Aurore Curie (T. Nazir) Retard mental et génétique 11h45 – 12h Gérald Bussy (T. Nazir) Retard mental et génétique 12h – 12h20 Andrea D’Amico (A. Sirigu) Troubles Obsessionnels Compulsifs: Etude en IRMf

Session 2 14h – 14h15 Angèle Brunellière (P. Dominey) Structure des phrases et séquences non linguistiques, approche en PE 14h15 – 14h35 Erika Rodrigues (A. Sirigu) Prédiction du mouvement : approche en IRMf 14h35 – 14h55 Jérôme Prado (I. Noveck) Neuro-imagerie du raisonnement conditionnel (IRMf) 14h55 – 15h15 Jérôme Munuera (JR. Duhamel) Rôle de l'aire VIP dans la perception et le codage de l'espace proche. 15h15 – 15h35 Guilhem Ibos (JR. Duhamel) Corrélats neurophysiologiques de l’attention visuelle

Session 3 16h – 16h15 Régis Martinez (H. Paugam) Réseaux impulsionnels et parallélisme 16h15 – 16h30 Adel Daouzi (H. Paugam) Application des spiking neurons sur support électronique (FPGA) 16h30 – 16h45 Mathilde Bonnefond (R. Gervais) Rôle du cortex insulaire dans l'aversion olfactive conditionnée 16h45 – 17h Julie Chapuis (R. Gervais) Dynamique oscillatoire dans le système olfactif de rat au cours d'un apprentissage d'aversion olfactive conditionnée 17h00 – 17h20 Antoine Aballéa (A. Sirigu) Plasticité du cortex moteur et allogreffes de mains : IRMf et TMS

jeudi 24 mars 2005 - 11H30 - Amphithéâtre de l'Institut des Sciences Cognitives
Patrick Vuilleumier,
Institute of Cognitive Neuroscience & Dept. Psychology
University College London
http://labnic.unige.ch/nic/htms/vuilleumier.html
l
jeudi 28 avril 2005 - 11H30 - Amphithéâtre de l'Institut des Sciences Cognitives

Emmanuel Daucé (Marseille - Mouvement & Perception  UMR 6152 CNRS, Université de la Méditerrannée)

http://emmanuel.dauce.free.fr/


Modèles dynamiques pour la simulation neuronale et l'apprentissage

Les systèmes dynamiques non-linéaires sont souvent convoqués, en sciences cognitives, comme modèles alternatifs aux approches de type traitement hiérarchique de l'information. L'approche dynamique propose en effet une vision de l'activité du cerveau tournée vers la distribution et la coopération, et met en avant ce qui dans le cerveau relève de l'activité autonome.

Les modèles dynamique (i.e. inspirés par la physique des s.d. non-linéaires) peuvent être mis en oeuvre à différents niveaux. Les neurones en premier lieu peuvent etre vus comme des systèmes dynamiques excitables, de petite dimension.  Les assemblées neuronales, en second lieu, sont assimilables à des s.d. de grande dimension. Si l'étude théorique de leur comportement est complexe, ils sont par contre faciles à simuler, developpant souvent des comportements variés et des bifurcations entre différents régimes de type cyclique ou chaotique.

Nous présenterons dans cet exposé certains de ces modèles, les méthodes disponibles pour étudier leur activité spontanée, ainsi que des méthodes d'apprentissage qui tentent d'utiliser les propriétés internes de basculement d'un régime à un autre pour la construction de comportements différenciés.


mercredi 18 mai 2005 - 11h30 - séminaire, exceptionnellement un mercredi - amphithéâtre de l'Institut des sciences cognitives
Scott T Grafton

"Action representation within parietal cortex: TMS and imaging studies of hand-object interactions"

http://www.dartmouth.edu/~psych/people/faculty/grafton.html

Abstract:

Rapid goal directed movement requires the maintenance of a goal representation in some form sort of short-term buffer for flexible updating and on-line adjustments in the face of motor error. There is emerging evidence that anterior intraparietal sulcus in the human represents grasp related action goals and is essential for the updating of a motor goal with respect to ongoing movements and feedback. Goal updating, as opposed to goal selection occurs rapidly. In single pulse chronometric TMS studies of the parietal role the updating of a grasping movement after perturbation to a target occurs within 60 msec.
Once a task relevant perturbation is perceived in this short time window, further disruption of the parietal cortex does not alter motor performance. The finding is consistent with a serial processing scheme in which goals are maintained in intraparietal sulcus for comparison with efferent copy and sensory feedback, but transformations for specific new movements occurs in other areas. This result compliments functional imaging studies of action retrieval and clinical apraxia.
Some of the deficits in ideomotor apraxia may be related to an inability to maintain a motor goal in action memory.



jeudi 26 mai 2005 - 11H30 - Amphithéâtre de l'Institut des Sciences Cognitives

Matthew Rushworth,  Decision and action laboratory, Dept. Experimental Psychology & FMRIB,
Oxford University

http://epa.psych.ox.ac.uk/rushworth/home/home.htm

The contrasting roles of lateral and medial frontal cortices in decision making

Decision making depends on several divisions of the prefrontal cortex.  Although it is difficult to distinguish the contributions made by different prefrontal areas there is an emerging consensus that ventrolateral prefrontal regions encode learned arbitrary relationships between stimuli and responses that may be employed when making a decision while medial frontal areas are more concerned in selecting between actions on the basis of the different reinforcement outcomes that are expected.  Connexions conveying information about the identity of stimuli and possible response selection instructions run from the temporal lobe in the uncinate fasiculus and fronto-occipital fasiculus and terminate predominantly in the ventrolateral and orbital regions of the prefrontal cortex.  Recent diffusion weighted imaging and probabilistic tractography methods reveal a similar pattern of connectivity for the human orbital and ventrolateral prefrontal cortices.  Neuroimaging shows that the human ventrolateral prefrontal cortex is activated when subjects use learned instructions in order to decide which action to make.  The ability to use learned instructions in order to select a response is compromised after lesions to the same area.  A critical aspect of the deficit is the inability to select the stimulus information that is relevant for guiding the decision.

    The anterior cingulate region of the medial frontal cortex receives far fewer connexions from the temporal neocortical areas but the anterior cingulate and other adjacent medial frontal areas have connexions with the amygdala and ventral striatal areas that convey information about reward identity and motivational value and they have connexions with the motor system.  Lesions here disrupt the ability to select actions on the basis of expected reward or the ability to change the way a response is selected when reinforcement changes.  The anterior cingulate is activated in neuroimaging studies when subjects generate hyotheses and make decisions about which action will lead to the best outcome.  Recent lesion results suggest that the region may not just encode which action leads to which outcome but it may also encode whether the effort associated with the response means that is worth making given the value of the reward that is expected to ensue.


Alistair Knott, Dept of Computer Science, University of Otago

ISC Conference Room D, 11:30, Tuesday June 7

Syntactic structures as traces of sensorimotor event representations


In this talk, I will outline a model of natural language syntax in which syntactic structures are defined as descriptions or traces of sensorimotor operations.  The syntactic structure of a sentence describing a concrete state or event (e.g. 'The man grabbed a cup') is characterised as a reflex of the sensorimotor processes which occur in an agent who directly witnesses it, by observing it or participating in it. The model of syntax is therefore grounded in a model of sensorimotor cognition.

In the sensorimotor model I outline, witnessing an event or state involves a sequence of separate actions of attention, within which thematic proto-roles (in the sense of Dowty, Language 67(3), 1991 are defined in relation to their serial position. Thus for instance the proto-agent of a transitive sentence is the first entity attended to and the proto-patient is the second. The model is implemented as a simple recurrent network, in which each action of attention brings about a context update operation. Observing the event/state consists in storing this sequence, and recalling it consists in regenerating the sequence at some later point.

The syntactic model I assume is a variety of Chomsky's Minimalist theory in which each sentence has a phonetic form (PF) and a Logical Form (LF). I propose that the LF of a sentence can be read as an encoding of the sequence of context update operations, which when processed by a hearer evokes the original sensorimotor experience. The key proposal is that the right-branching structure of phrases in an LF tree denotes a succession of sensorimotor contexts, with the material in the head of each phrase denoting the attentional operation which transits between one context and the next. To support this conception of LF, I show that several features of LF representations have natural sensorimotor interpretations which can be shown to be independently required in a sensorimotor theory. For instance, each argument noun phrase in LF appears in two positions, originating within the VP and moving to a position above VP; there are good reasons for supposing a similar duplication of argument representations within sensorimotor sequences.

A second recurrent network is employed to implement the mapping between the LF of a sentence (a sensorimotor sequence) and its PF (a sequence of words). In Minimalism, different word-ordering conventions in different languages are modelled by assuming that PF can be 'read off' LF at different points during constituent movement operations.

The network modelling the LF-PF mapping is a modification of an Elman network which learns to predict the next word in a sentence, using as input the words produced so far, and in addition the next element in the associated sensorimotor sequence. The network models constituent-ordering conventions by learning to generate phonologically empty traces in various positions in PF rather than overt words.

jeudi 16 juin 2005 - 11H30 - Amphithéâtre de l'Institut des Sciences Cognitives

Laure Pisella

Unité INSERM U534 "Espace et Action"


http://www.lyon.inserm.fr/534/

“ Approche neuropsychologique des représentations oculo-centrée dynamiques du cortex pariétal”


Des données récentes sur l'ataxie optique  tendent à confirmer les modèles d'Andersen et collaborateurs selon lesquels le référentiel oculo-centré est utilisé lors de certaines transformations visuo-manuelles. En particulier, nous présenterons une interprétation fonctionnelle des composantes d'effet champ et main de ces patients (erreurs liées à la présence de l'objet à atteindre dans le champ périphérique controlésionel et erreurs liées à l'utilisation du bras ataxique controlésionel, respectivement). Le trouble pariétal latéralisé à droite d'Héminégligence sera également évoqué dans le contexte de la dynamique des représentations oculo-centrées pariétales.



jeudi 23 juin 2005 - 11H30 - Amphithéâtre de l'Institut des Sciences Cognitives

Denis Pélisson, Unité INSERM 534, "Espace et Action" Lyon

http://www.lyon.inserm.fr/534/


La plasticité des transformations sensori-motrices étudiée par l’adaptation des saccades oculaires chez l’Homme

La fonction oculomotrice est indissociable de la fonction visuelle dans notre perception de l’environnement et dans nos capacités d’interagir avec ce dernier. Parmi les mouvements oculaires, les saccades ont à ce titre une contribution centrale et constituent en même temps un modèle très intéressant d’étude de la motricité dirigée et des mécanismes d’adaptation sensori-motrice. En effet, les saccades restent remarquablement précises tout au long de la vie d’un individu, malgré les nombreuses modifications physiologiques (croissance, vieillissement, port de lentilles) ou pathologiques qui affectent le système saccadique, et malgré le fait que la vitesse élevée des saccades ne permet pas l’intervention de corrections en-ligne de la trajectoire oculaire. L’impact de ces perturbations visuo-oculomotrices sur la performance saccadique est donc compensé par des mécanismes de plasticité motrice, adaptant progressivement et sur le long terme la commande saccadique aux conditions environnementales. Les capacités d’adaptation saccadique qui se déroulent sur une échelle de temps plus réduite (10 mn à 1 h) ont également été démontrées par des études utilisant un protocole de déplacement systématique de la cible au cours de la saccade (« double-step target paradigm »). Ces études ont abouti à un important corpus de connaissances sur les propriétés fonctionnelles de l’adaptation des saccades réactives dirigées vers une cible visuelle. Par contre, les descriptions des substrats neurophysiologiques impliqués sont très limitées à ce jour. D’autre part, l’adaptation des saccades volontaires, et en particulier des saccades d’exploration qui constituent la classe pré-dominante des saccades réalisées dans notre vie quotidienne, n’a reçu qu’un intérêt marginal. Dans cette présentation, je présenterai une série de travaux chez l’Homme que j’ai consacré à l’élucidation des substrats neurophysiologiques de l’adaptation des saccades réactives et des propriétés fonctionnelles de l’adaptation des saccades volontaires d’exploration. Je montrerai par des approches indirectes ou directes que l’adaptation des saccades réactives met en jeu un réseau impliquant les aires cérébelleuses médianes et leurs projections sous-corticales, et indiquerai que ce réseau peut être affecté dans certaines classes de dyslexie chez l’enfant. Des données comportementales concernant l’adaptation des saccades d’exploration serviront également de base à la discussion sur la multiplicité des sites d’adaptation pour les saccades réactives et volontaires.



jeudi 30 juin 2005 - 11H30 - Amphithéâtre de l'Institut des Sciences Cognitives
Dr Tania Singer
Institute of Cognitive Neuroscience, London

http://www.fil.ion.ucl.ac.uk/~tsinger/


jeudi 21 juillet 2005 - 11H30 - Amphithéâtre de l'Institut des Sciences Cognitives

ETUDE DU DETERMINISME GENETIQUE DE LA SCHIZOPHRENIE

< style="font-family: arial;">Caroline Demily
SHU de Psychiatrie, CHU de Rouen et CH du Rouvray Inserm U614, Faculté de Médecine, Rouen.

La schizophrénie est une psychose grave de l’adulte jeune qui est préoccupante en terme de santé publique puisqu’elle atteint près de 1% de la population générale. Dans la mesure où la schizophrénie recouvre une grande hétérogénéité clinique et un déterminisme multifactoriel, il a été difficile, jusqu’à ce jour d’identifier un facteur de risque pour la maladie. L’observation de la fréquence accrue de traits schizophrènes chez des patients 22Q11DS (ou patients présentant un syndrome de DiGeorge), portant une délétion hétérozygote de la région 22Q11, et d’une incidence élevée de la délétion chez des patients schizophrènes nous a conduit à rechercher des remaniements de la région 22Q11 chez des sujets schizophrènes. Un criblage exhaustif de cette région par QMPSF (Quantitative Multiplex PCR of Short Fluorescent Fragments, mise au point au laboratoire) chez 63 patients schizophrènes DSMIIIr et 68 sujets témoins nous a permis de mettre en évidence une délétion hétérozygote sélective du gène PRODH chez deux apparentés schizophrènes. Le gène PRODH code une proline deshydrogénase impliquée dans la première étape de la conversion de la proline (acide aminé non essentiel) en glutamate. Le dosage de la prolinémie chez ces patients a révélé une élévation modérée du taux de proline plasmatique. Par la suite, le séquençage du gène chez les individus sans remaniements nous a permis d’identifier des mutations faux sens hétérozygotes chez des patients, associées à des hyperprolinémies modérées. De façon très intéressante, nous avons retrouvé la même délétion et mutation faux sens de PRODH, mais cette fois-ci à l’état homozygote chez des enfants souffrant d’une forme sévère d’hyperprolinémie de type I associée à des manifestations neurologiques (retard mental et épilepsie). Pour déterminer l’implication de l’hyperprolinémie dans la survenue de psychoses, nous avons réalisé une étude cas-témoins (incluant 320 patients et 114 témoins), basée sur les critères DSMIIIr et permettant de distinguer les sujets schizophrènes, bipolaires ou présentant un trouble schizo-affectif. Cette étude nous a permis de mettre en évidence, d’une part une association entre l’hyperprolinémie et les troubles schizo-affectifs et bipolaires et d’autre part, d’associer 5 variations rares de PRODH à l’hyperprolinémie.

Nos travaux montrent qu’une hyperprolinémie sévère peut conduire à un retard mental, associé à l’épilepsie et qu’une hyperprolinémie plus modérée peut conduire à certaines formes de psychoses.

Références :

Jacquet H, Demily C, Houy E, Hecketsweiler B, Bou J, Raux G, Lerond J, Allio G, Haouzir S, Tillaux A, Bellegou C, Fouldrin G, Delamillieure P, Menard JF, Dollfus S, d’Amato T, Petit M, Thibaut F, Frebourg T, Campion D. hyperprolinemia is a risk factor for schizo-affective disorders. Mol Psychiatry 2005 ; 10 : 479-485.

Jacquet H, Raux G, Thibaut F, Hecketsweiler B, Houy E, Demily C, Haouzir S, Allio G, Fouldrin G, Drouin V, Bou J, Petit M, Campion D, Frebourg T. PRODH mutations and hyperprolinemia in a subset of schizophrenic patients. Hum Mol Genet 2002 ; 11 : 2243-2249.



séminaires et ateliers année universitaire 2003-2004

jeudi 26 février  2004 - 11h30 - séminaire du jeudi - attention ce séminaire sera donné à la salle D de l'Institut des Sciences Cognitives
Dr Eliane Volchan
Laboratorio de Neurobiologia, Instituto  de Biofisico Carlos Chagas Filho, Universidade Federale of Rio de Janeiro
http://www.biof.ufrj.br/inde_11.htm
Interaction between vision, emotion and attention

Groupes de lecture à l'Institut des sciences cognitives
ces groupes se réunissent chacun une fois par mois à la bibliothèque de l'ISC

prochaines réunions
le vendredi 27 février 2004 à 14 h
groupe L'apport des modèles animaux à l'étude de la cognition humaine

le mardi 2 mars 2004 à 10 h
groupe "classiques en sciences cognitives"
autour de l'article téléchargeable
- Miller, G.A. (1956): "The magical number seven plus or minus two. Some limits on our capacity for processing information", Psychological Review 63, 81-97.

Journée d'introduction à l'imagerie cérébrale fonctionnelle
Mardi 24 Février 2004
amphithéâtre de l'Institut des Sciences Cognitives à Lyon.

DEA Neurosciences
Module 1: De la perception à la mémoire
25  Février –  2 Mars 2004

Atelier Linguistique et Pragmatique
Approches formalistes et fonctionnalistes en linguistique et en pragmatique
Fritz Newmeyer (Seattle)
Jacques Moeschler (Genève)
ISC - mars 2004
première séance le jeudi 4 mars de 9h30 à 11h : Fritz Newmeyer
 

 Ecole doctorale BMIC et DEA de Neurosciences-  Lyon 1 Module d’enseignement 2003-2004
Organisation sensorimotrice
11-16 mars 2004
 

jeudi 11 mars 2004 - 11h30 - séminaire du jeudi - amphithéâtre de l'Institut des Sciences Cognitives
Philippe Rochat (Atlanta, USA)
Professor of Psychology Graduate Program in Cognition and Development Department of Psychology Emory University
"Embarras, regard de l'autre et co-conscience au début de la vie".
http://www.emory.edu/PSYCH/Faculty/rochat.html

jeudi 25 mars 2004 - 11h30 - séminaire du jeudi - amphithéâtre de l'Institut des Sciences Cognitives
Benoît Schaal

jeudi 29 avril 2004 11h30 séminaire du jeudi - amphithéâtre de l'ISC
Sylvia Wirth

jeudi 6 mai 2004  11h30 séminaire du jeudi - amphithéâtre de l'ISC
Pierre Jacob, Institut Jean Nicod, CNRS-EHESS, Paris

<>
 
 

soutenances d' habilitations à diriger les recherches et de thèses de doctorat soutenues fin 2003 à l'ISC
 

Claire Wardak
lundi 8 Décembre à 15h00.

Titre: Implication fonctionnelle de l'aire intrapariétale latérale (LIP) et
du champ oculomoteur frontal (FEF) dans l'attention visuelle sélective chez
le macaque.

Jury: 
Pr M. Jeannerod (président), 

Pr M.E. Goldberg (rapporteur), 

Pr M.Paré (rapporteur), 

Dr Y. Rossetti (examinateur),

Dr J.-R. Duhamel (directeur de thèse)

 

Résumé:
L'attention visuelle sélective est indispensable au traitement des
informations visuelles et au guidage du comportement. Cette fonction est
assurée par un réseau de structures cérébrales. Durant la thèse, nous avons
étudié deux aires du macaque, l'aire intrapariétale latérale (LIP) et le
champ oculomoteur frontal (FEF). Ces aires, de par leurs activités
neuronales, ont généralement été considérées comme participant à la
réalisation de saccades oculaires. Grâce à l'inactivation réversible de LIP
et FEF, nous avons mis en évidence des déficits comportementaux différents
pour chacune d'elles, principalement attentionnels, et ce même sans
mouvements des yeux. Ces déficits sont proches de ceux des patients
négligents. Seule l'inactivation du FEF produit des déficits saccadiques.
Nos résultats suggèrent que LIP n'a pas de rôle saccadique mais est
impliqué dans le contrôle " top-down " de l'attention. Le FEF, en plus de
son rôle saccadique, permettrait le déplacement du foyer attentionnel.

Summary:
Functional involvement of the lateral intraparietal area (LIP) and the
frontal eye field (FEF) in selective visual attention in the macaque monkey.

Selective visual attention is required for visual processing and
behavioral guidance. It is generally considered that this function is
mediated by a cerebral network. For this thesis, we have studied two
cortical areas in the macaque monkey: the lateral intraparietal area (LIP)
and the frontal eye field (FEF).  Their neuronal activity is correlated to
eye movements. Thus, LIP and FEF are thought to be part of the saccadic
network. We have used a reversible inactivation method and have obtained
different attentional deficits for LIP and FEF, even in the absence of eye
movements. The deficits induced are similar to some neglect patients'
symptoms. FEF inactivation, in addition, produced saccadic deficits. Our
results suggest that LIP is not involved in saccadic eye movements but in
the top-down control of attention. The FEF would be involved in both
saccades and shifts of the attentional locus. 

Didier Puzenat
Habilitation à diriger les recherches
spécialité : sciences cognitives et informatique
lundi 15 décembre à 13 heures dans l'amphi de l'Institut des Sciences Cognitives
Vers un modèle connexionniste multimodal de la mémoire humaine
Composition du jury :
Frédéric Alexandre,
Peter Ford Dominey,
Serge Miguet,
Hélène Paugam Moisy,
Marc Sebban
http://eric.univ-lyon2.fr/~dpuzenat/
Fadila Hadj-Bouziane

Thèse de doctorat, mention neurosciences
Date de southenance : Mercredi 17 décembre à 10h30, dans l'amphi de l'Institut des Sciences Cognitives.

titre: (thèse rédigée en anglais)
Role of the basal ganglia in conditional associative learning : 
a multidisciplinary approach

Rôle des ganglions de la base dans l'apprentissage associatif conditionnel : 
une approche multidisciplinaire

Directeurs de thèse : Dr. Driss BOUSSAOUD - Dr. Martine MEUNIER

JURY:   Pr. Marc Jeannerod, Président

Dr Boussaoud, directeur de thèse

Pr Bioulac, rapporteur

Dr Apicella, rapporteur

Pr. Dubois, examinateur

Dr. Burnod, examinateur

RESUME en français

Avec l'expérience, nous acquérons une panoplie de règles, associations arbitraires entre des stimuli externes et des actes moteurs, qui nous permettent d'adapter notre comportement à l'environnement (apprentissage associatif conditionnel). Ce type d'apprentissage met en jeu les boucles reliant les ganglions de la base (GGB) et le cortex frontal. Ce travail visait à préciser le rôle des GGB dans l’apprentissage de règles visuo-motrices conditionnelles en utilisant plusieurs approches : 1) l’enregistrement de l’activité des neurones du striatum chez le singe éveillé, 2) l’étude chez des patients atteints de la maladie de Parkinson (une pathologie neurodégénérative touchant les GGB) et 3) la neuroimagerie fonctionnelle chez l'homme sain. Les résultats des trois expériences convergent pour indiquer que les GGB sont impliqués à la fois dans l'acquisition et la rétention des associations visuo-motrices.

RESUME en anglais

The arbitrary mapping of sensory information onto action forms an important element of the intelligent behavior of primates (also called conditional associative learning). The cortico-basal ganglia-thalamo-cortical loops are thought to play a key role in such behavior. The present research was undertaken to investigate the role of the basal ganglia (BG) in conditional visuo-motor associative learning using three complementary approaches: 1) single-unit recordings in awake monkeys, 2) behavioral testing in patients suffering from Parkinson's disease (a neurodegenerative disease affecting the BG), and 3) functional neuroimaging in healthy subjects. The results of all three studies converge to indicate that the BG are involved in both the acquisition and the retention phases of visuo-motor associations.
_____________________________________________________________________________________

DISCIPLINE : Neurosciences

MOTS-CLES 
Ganglions de la base, striatum, système fronto-striatal, apprentissage visuo-motor conditionnel, neurophysiologie, singe, neuropsychologie, Maladie de Parkinson, IRMf, approche multidicsiplinaire

KEY WORDS 
Basal ganglia, striatum, fronto-striatal system conditional visuo-motor learning, neurophysiology, monkeys, neuropsychology, Parkinson's Disease, fMRI, multidisciplinary approach

Michel Hoen

Thèse de doctorat, mention neurosciences
Date de soutenance : Vendredi 19 décembre à 14h, dans l'amphi de l'Institut des Sciences Cognitives

TITRE en anglais : 
Abstract Sequence Processing and Linguistic Sequence Processing.
Towards an integrative approach to the function of language.

composition du jury

Yves Burnod

David Caplan,
rapporteur

Lionel Collet

Peter Ford Dominey

Jean Luc Nespoulous, rapporteur

RESUME en français

Dans le cadre du présent travail de recherche nous souhaitions questionner la spécificité des processus cognitifs appliqués au stimulus langage, lors de la compréhension de phrases, en modalité visuelle. Dans notre approche théorique et expérimentale, nous avions choisi de comparer les processus impliqués dans cette tâche à ceux impliqués dans une tâche de jugement de séquences de symboles abstraits reproduisant certaines propriétés du stimulus langage.
Dans une première expérience, nous avons comparé l’organisation dynamique des processus impliqués dans ces deux tâches au moyen d’enregistrements de potentiels évoqués.
Une seconde expérience, utilisant la technique d’IRMf événementielle, nous a permis de comparer les réseaux corticaux impliqués dans ces deux tâches.
Les résultats de ces deux premières expériences suggéraient l’existence à la fois de processus spécifiques au traitement du langage, mais également d’un important recouvrement fonctionnel entre ces deux tâches. Ces premiers résultats nous ont amenés à développer un nouveau protocole de rééducation de patients aphasiques agrammatiques, basé sur la manipulation de séquences abstraites. Les résultats sont discutés dans le cadre des modèles classiques de la compréhension du langage.

RESUME en anglais
Our present work addresses the question of the specificity of the cognitive processes implicated in on-line sentence comprehension. Both in our theoretical and experimental approach, we compared these processes to those implicated in a cognitive sequencing task that requires subjects to read and judge sequences of abstract symbols that are constructed according to basic generative structural rules.
In a first experiment, we compared the temporal organization of the processes implicated in both of these tasks using event-related potential recordings. 
A second experiment compared the neural networks that were engaged in both tasks, using event-related fMRI. The results from these two experiments suggested the existence of both specific and shared mechanisms between on-line sentence comprehension and on-line abstract sequence processing. 
These results led us to develop a new rehabilitation strategy to improve agrammatic aphasic patients’ syntactic comprehension. The results are discussed in the general frame of classical and modern theories of language comprehension.
__________________________________________________________________________
DISCIPLINE : Neurosciences
___________________________________________________________________________
MOTS-CLES : Cognition, langage, syntaxe, sémantique, catégories lexicales, compréhension,
séquences abstraites, potentiels évoqués, LAN, IRMf événementielle, aphasie, agrammatisme,
rééducation cognitive.

 

Tatjana Nazir

Habilitation à diriger les recherches
jeudi 18 décembre 9h30 - dans l'amphithéâtre de l'Institut  des Sciences Cognitives.

http://www.isc.cnrs.fr/naz/nazmenu.htm

Composition du jury
O. Koenig, Professeur Univ. Lumière (Lyon)

R. Frost, Professeur Univ. Jérusalem (Israël)

M. Brysbaert, Senior lecturer Univ. Londres (Angleterre)

L. Cohen, Professeur à l ’Hôpital de la Salpétrière (Paris)

Y. Burnod, Directeur de Recherche CNRS (Bron)

Résumé
Les adultes lettrés possèdent une forme très particulière d’expertise visuelle, qui leur permet de traiter le langage écrit avec une efficacité remarquable. Le temps d’un simple coup d’œil, d’une durée inférieure à 100 ms, le système visuel est capable d’extraire l’information critique lui permettant d’identifier des mots écrits constitués de plus de 20 caractères (Cattell, 1885 ; Erdmann & Dodge, 1898). Divers résultats suggèrent que les mécanismes perceptifs sous-tendant la reconnaissance visuelle des mots s’appuient sur une procédure de groupement des lettres en une unité perceptive intégrée : la « forme visuelle du mot ». Ainsi que décrits dans ce qui suit, mes principaux objectifs de recherches sont centrés sur la compréhension du mode opératoire de ce mécanisme. 
Nos expériences quotidiennes semblent suggérer que les opérations perceptives sous-tendant la lecture experte sont relativement indépendantes des variations de surface concernant la taille, la casse et la police des lettres, aussi bien que l’endroit de la rétine où les mots sont présentés. Ce constat a fréquemment été interprété comme le témoignage de l’existence d’un mécanisme cérébral particulier, ayant pour fonction de construire des représentations invariantes à partir de la structure réelle des mots écrits (Caramazza & Hillis, 1990 ; Cohen, et al., 2000 ; 2002; Dehaene et al., 2002; Dejerine, 1898 ; McCandliss, Cohen, & Dehaene, 2003 ; Molko et al., 2002 ; Warrington & Shallice, 1980).
L’identification d’une zone cérébrale dévolue à ce traitement renforcerait de manière décisive l’hypothèse selon laquelle cette « forme visuelle des mots » serait directement assimilable à une étape bien spécifique du codage de l’écrit par le cerveau (Posner et Raichle, 1994). Plusieurs observations, recueillies grâce aux techniques d’imagerie cérébrale, sont d’ailleurs en accord avec cette logique, puisqu’il a été établi qu’une petite région du gyrus fusiforme s’activait systématiquement lors du traitement des mots écrits (ex : Beauregard et al., 1997 ; Brunswick et al.,1999 ; Cohen et al., 2000 ; Nobre, Allison, & McCarthy, 1994 ; Polk & Farah, 2002 ; Puce et al., 1996 ; Wagner, et al., 1998). Comme attendu, cette région ne réagit pas aux variations de casse ou de police (ex : Dehaene et al. 2001; Polk & Farah 2002), pas plus qu’à celles concernant la région du champ visuel dans laquelle le stimulus apparaît (ex : Cohen et al, 2000). Enfin, en dépit de sa sensibilité à la régularité orthographique, cette aire ne répond pas aux facteurs influençant l’accès lexical (Fiebach et al., 2002). Prises dans leur ensemble, ces propriétés encouragent à considérer cette région particulière du gyrus fusiforme gauche comme siège probable de l’élaboration de la représentation abstraite de la forme du mot. 
Des études plus anciennes, conduites auprès de patients cérébro-lésés viennent encore renforcer ce postulat. Il a en effet été démontré que des lésions affectant, soit de manière directe cette région corticale, soit touchant les voies de transmission des informations visuelles vers cette zone, étaient à l’origine d’un trouble de lecture périphérique, appelé « cécité verbale » (« word blindness ») ou « dyslexie lettre à lettre » (Dejerine, 1892. Voir Black et Behrmann, 1994 ; Cohen et al., 2000 pour une revue). Ce déficit se matérialise chez les patients par une incapacité à « voir » les mots, n’affectant cependant ni l’écriture sous la dictée, ni la répétition de mots. La reconnaissance des mots écrits repose alors entièrement sur la mise en œuvre d’une stratégie compensatoire de lecture « lettre par lettre », proche de celle observée chez les lecteurs débutants (Aghababian et Nazir, 2000). Cette procédure est à l’origine d’une augmentation considérable des latences de lecture en fonction de la longueur des mots (Montant et Behrmann, 2000). Initialement décrite par Déjérine en 1892, la « cécité verbale » a tout d’abord été considérée comme conséquence d’une interruption des fibres reliant les aires visuelles de deux hémisphères aux structures associées au langage dans l’hémisphère gauche (situées en particulier dans le gyrus angulaire gauche). Ce modèle a depuis été révisé suite à l’intégration de données récentes, conduisant certains chercheurs à postuler que la région critique du gyrus fusiforme gauche ne se contentait pas de transférer passivement les informations, mais jouait un rôle actif dans l’élaboration des représentations abstraites de séquences de graphèmes (Cohen et al, 2000 ; Polk & Farah, 2002 ; McCandlis et al., 2003). Cette région, communément appelée aire de la Forme Visuelle des Mots (FVM), est aujourd’hui considérée par ces chercheurs comme le premier « carrefour » dans lequel convergent les informations visuelles, au cours de leur cheminement vers le système de lecture (Posner & Carr, 1992). 
Les recherches que j’ai conduites dans le courant des 10-15 dernières années favorisent elles aussi l’hypothèse d’une latéralisation du réseau cortical sous-tendant la lecture dans les régions de l’hémisphère gauche spécialisées pour le langage, en amont de l’aire de la FVM (ex : Cohen et al, 2000 ; Yamadori, 2000). Toutefois, mes données suggèrent fortement qu’un certain nombre de régions, situées en deçà de l’aire de la FVM, feraient également partie intégrante de ce réseau. Plus précisément, je défends l’idée suivant laquelle l’efficacité de la lecture experte dépend largement du développement de mémoires de « patterns » visuels le long de la voie visuelle (Nazir, 2000 ; 2003). En outre, je propose que différents composants du cortex visuel des deux hémisphères sont susceptibles d’être recrutés par le réseau cérébral sous-tendant la lecture, suivant les propriétés du système d’écriture concerné. L’intégration de ces régions visuelles dans le réseau de la lecture permet d’appréhender différemment le rôle potentiel de l’aire de la FVM dans la reconnaissance des mots, ainsi que l’organisation du système de lecture en général.
Gilles Lafargue

Thèse neurosciences
Le sens de l’effort – Approche Neuropsychologique

jeudi 18 décembre - 14 heures
amphithéâtre de l'ISC

Jury

Dr. Patrick Haggard

Pr. Marc Jeannerod
(Président)

Pr. Raphaël Massarelli

Dr. Jean Pailhous

Dr. Bernard Pillon

Dr. Angela Sirigu
(Directrice de thèse)
 

Résumé

Nous présentons 4 études de neuropsychologie expérimentale au travers desquelles nous avons tenté de mieux comprendre la nature et les bases neurales de la perception de la force musculaire. Nos observations confirment l’hypothèse selon laquelle l’intensité d’une contraction musculaire volontaire est perçue indirectement, par le biais de l’effort qui a permis de l’engendrer. Le profil de performance d’une patiente déafférentée à une tâche de transfert intermanuel de forces montre que le sens de l’effort peut fonctionner uniquement sur la base de signaux neuraux d’origine centrale. Dans cette condition, la perception consciente de la force est néanmoins profondément altérée. Dans une seconde expérience nous avons montré que des patients schizophrènes avaient des difficultés à produire des pics de force d’intensités variables. Ce résultat laisse penser que, dans la schizophrénie, la capacité à former une représentation mentale de l’effort sur la seule base des signaux endogènes codant pour la force est défaillante. Finalement, les performances anormalement faibles de patients atteints des maladies de Parkinson et de Huntington à des tâches de discrimination de poids et de perception de forces suggèrent que les ganglions de la base (GDB) sont impliqués dans le sens de l’effort. Notre proposition est de subdiviser la sensation d’effort en deux composantes: l’intention d’effort, lorsque le système fonctionne sans information en provenance de la contraction musculaire ; l’effort musculaire, lorsque les informations centrales et périphériques codant pour la force interagissent. L’intention d’effort pourrait prendre sa source dans l’aire motrice supplémentaire. Les GDB participent probablement au processus de mise à jour de la représentation corticale de l’effort, c’est-à-dire au sens de l’effort musculaire.

The sense of effort: a neuropsychological approach

In this work we present four experimental neuropsychological studies where we investigated the mechanisms involved in the perception of muscular force and its neural basis. Our results confirm the hypothesis according to which the intensity of a voluntary muscular contraction is indirectly perceived through the effort required to produce it. The pattern of performance of a deafferented patient was studied. Using a contralateral matching task we showed that although she was impaired in consciously perceiving the level of force she produced, the patient could still experience the sense of effort. We hypothesised that effort is processed on the basis of an endogenous signal, i.e., a feed-forward loop. The performance of schizophrenic subjects was also investigated. These subjects were impaired in the ability to voluntary produce forces of various intensities. We suggested that in this pathology the feedforward loop is at fault. Finally, the abnormally weak performances of Huntington and Parkinson’s diseases patients in weight discrimination and forces perception tasks strongly suggest that basal ganglia (BG) are involved in the sense of effort. On the basis of these findings we suggested that effort sensation can be divided into two components: intended effort when the system acts without proprioceptive feedback and achieved effort when endogenous and proprioceptive feedback are combined to produce a conscious experience of effort. Intended effort may originate in the supplementary motor area. The BG probably participate in the up-dating process of the cortical representation of force, that is in the achieved sense of effort. 
 
 

Discipline: Neurosciences

Mots Clés: sens de l’effort, perception de la force, ganglions de la base, copie d’efférence, patients déafférentés, schizophrénie, maladie de Parkinson, maladie de Huntington.

Laboratoire: Institut des Sciences Cognitives, UMR 5015 CNRS, 67 Bd Pinel, 69677 Bron cedex, France.
 


 

SEMINAIRES ET COLLOQUES ORGANISES PAR L'ISC

séminaires année universitaire 2002-2003

jeudi 8 mai 2003 - jour férié - pas de séminaire du jeudi

jeudi 15 mai 2003 - vers 11h30 visite au labo d'Antonio Damasio - programme à préciser
voir aussi ses autres conférences dans la région - ci-dessous

jeudi 22 mai 2003 - 11h30 - séminaire du jeudi - amphitéâtre de l'institut des Sciences Cognitives
Steven A. Sloman, Associate Professor of Cognitive & Linguistic Sciences, Brown University, actuellement à Aix en Provence
http://cog.brown.edu:16080/~sloman/
nombreux articles disponibles en ligne
email: Steven_Sloman@Brown.edu
Causal reasoning and learning.

jeudi 29 mai 2003 - jour férié - pas de séminaire du jeudi

jeudi 5 juin à l'ISC, Journée « Base de Connaissances Cœur – Cerveau » - s'inscrire
http://www.isc.cnrs.frthe/AppelBC3.ppt

semaine du 9 au 13 juin colloque à l'ISC (information prochainement)

jeudi 3 juillet 2003 - 11h30 - séminaire du jeudi - amphitéâtre de l'Institut des Sciences Cognitives
Julia Tanney, philosophe, université du Kent (UK)
titre à définir
http://www.kent.ac.uk/secl/philosophy/tanney.html

quelques publications récentes de Julia Tanney sont téléchargeables ou consultables auprès de la bibliothèque de l'ISC
2002 "Self-knowledge, Normativity, and Construction", Royal Institute of Philosophy - Logic, Thought and Language, Cambridge University Press
"On the Conceptual, Psychological, and Moral Status of Zombies, Swamp-Beings, and Other 'Behaviourally Indistinguishable' Creatures" forthcoming in Philosophy and Phenomenological Research.
 

autres manifestations importantes

Pôle Rhône-Alpes de Sciences Cognitives   -   Journée Phare
Mais qu'est-ce qu'on a dans la tête ? Les sciences de la cognition face à la question de l'esprit
Conférenciers invités : Marc Jeannerod, John Searle
vendredi 16 mai de 17h à 21h30
Grenoble, 16 mai 2003
CRDP de l'académie de Grenoble
11, avenue du Général Champon GRENOBLE

Les "Grandes Conférences de Lyon"
Antonio DAMASIO, Professeur et responsable du Département de neurologie à l'Université d'IOWA (Etats-Unis)
" Cerveau, émotion et  comportement humain " 15 mai 2003
avec, le 16 mai, le colloque De l'approche systémique aux sciences cognitives du LEACM
 

Séminaire d’épistémologie des sciences cognitives : QUESTIONS DE CONSCIENCE
ECOLE NORMALE SUPERIEURE LETTRES & SCIENCES HUMAINES, LYON
15 Parvis René Descartes, LYON 7, Métro Debourg - SALLE F101
http://heraclite.ens.fr/~roy/ENS/seminaire_esc.htm

JEUDI 23 JANVIER 2003
SEANCE 3:
CONSCIENCE & QUALIA

9h30- 12h30:
JULIA TANNEY
University of Kent, Philosophy Department
«On the conceptual status of zombies»
page perso avec deux publications en ligne http://www.ukc.ac.uk/secl/philosophy/tanney.html

JUAN BOTERO
Universidad Nacional de Colombia, Dpto de Filosofia, Bogota
«The Intractable First Person »

14h30-17h30:
ANNE REBOUL
Institut des Sciences Cognitives, Lyon
«Are philosophical zombies logically possible? A critical examination of Chalmers' argument»
page perso avec plusieurs publications en ligne http://www.isc.cnrs.fr/reb/reb4.htm

DAVID PAPINEAU
King’s College, Philosophy Department, Londres
«Thinking about consciousness»
page perso avec plusieurs publications en ligne http://www.kcl.ac.uk/kis/schools/hums/philosophy/staff/davidp.html

THESES ET SOUTENANCES HDR
soutenance de thèse de Fabrice Guillaume (Doctorat de Neuropsychologie)
mercredi 9 Avril à 14h30 dans l'amphitéâtre de l'institut des Sciences Cognitives.
" Étude comportementale et électrophysiologique des effet de contexte dans la reconnaissance des visages : implication théorique pour les modèles double processus (familiarité et récollection)".

membres du jury :

- Daniel Gaonac'h (rapporteur), professeur à l'Université de Poitiers
- François Guillem (rapporteur), chercheur à l'Université de Montréal
- Marie Héléne Giard, directeur de recherche à 'INSERM 280
- Rémi Gervais, professeur à l'Université de Lyon 1
- Guy Tiberghien (directeur de la thèse), professeur rattaché à l'Institut Universitaire de France

Résumé
        Cette recherche aborde la reconnaissance des visages, à court et à long terme, et  sa sensibilité aux effets de contexte. Les potentiels évoqués et les indicateurs comportementaux sont mesurés dans deux expériences. Une variante originale de la procédure de dissociation des processus permet le contrôle simultané des intentions du sujet (contexte de traitement) et de la modification sensorielle des visages (contexte perceptif).         Les résultats montrent que les potentiels évoqués, frontaux, temporaux et pariétaux, sont modulés par le contexte de traitement, le succès et la certitude de la reconnaissance. Ils sont dissociés par la nature de l'association visage-contexte et le contexte perceptif. Ces résultats marquent les limites de l'opposition classique entre les processus de familiarité et de récollection dans la reconnaissance des visages et dessinent une conception plus complexe de la reconnaissnace. Ils marquent en particulier la nécessité de prendre en compte à la fois les intentions du sujet et les relations entre les différents éléments qui composent la mémoire.
Mots-clés : contexte, conscience, décision, électroencéphalographie, familiarité, potentiels évoqués, récollection, reconnaissance, visage.

Abstract
        Study of contextual effects and retention intervals on face recognition. Event-related potentials (ERP) and behavioral measures are recorded in two experiments. An original variant on the process dissociation procedure allows us to simultaneously control subjects' intentions (processing context) and perceptual modifications of the face stimuli (perceptual context).         Results show that processing context, recognition success and confidence influence both frontal and parietal event-related potentials. These ERP are dissociable by face-context characteristics and perceptual context. These results highlight some limits of the classical view of process dissociation between familiarity and recollection in face recognition.
Key words : context, consciousness, decision, electroencephalography, event-related potentials, face, familiarity, recollection, recognition.
 

Habilitation à diriger les recherches de Nicolas Franck


Transfert interrompu !

ze=+1>20 février 2003 14h30 dans l'amphithéatre de l'ISC:

Approche neurocognitive des symptômes positifs de la schizophrénie.

Jury:
Pr. Hélène Verdoux, Bordeaux (rapporteur)
Pr. Florence Thibaut, Rouen (rapporteur)
Pr. Pierre Thomas, Lille (rapporteur)
Pr. Nicolas Georgieff, Lyon I
Pr. Thierry d'Amato, Lyon I
Pr. Jean-Louis Terra, Lyon I
Pr. Marc Jeannerod, Lyon I

Thèse de David Sander
soutenue à l'ISC le vendredi 20 septembre 2002
"Approche computationnelle des mécanismes émotionnels : test de l’hypothèse de polarité"

membres du jury :
-M. Jean-Claude Bougeant (examinateur)
-M. Michel Habib (rapporteur)
-M. Roland Jouvent (rapporteur)
-M. Olivier Koenig (directeur de la thèse)
-Mme Paula M. Niedenthal (examinatrice)

Résumé de la thèse:
Qu’est-ce qui distingue le traitement d’un événement neutre de celui d’un événement émotionnel ? L’évaluation d’un événement émotionnel positif est-elle de nature différente de celle d’un événement négatif ? L’évaluation de la valeur émotionnelle d’un stimulus peut-elle s’effectuer de façon inconsciente ? Ces questions sont au coeur de la problématique traitée. La logique de la thèse était, tout d’abord, de se fonder sur l’émergence d’une « neuroscience cognitive des émotions » pour identifier les contraintes fonctionnelles, computationnelles et neuronales qui nous ont permis de proposer un modèle des mécanismes émotionnels. Deux hypothèses générées par le modèle ont ensuite été opérationnalisées. La première, l’hypothèse de polarité, propose que certains mécanismes émotionnels soient différentiellement sensibles aux événements positifs et négatifs. La seconde, l’hypothèse d’automaticité, propose que l’évaluation des stimuli émotionnels s’effectue dans un mode automatique. Ces hypothèses ont été testées en utilisant des paradigmes dans lesquels les participants évaluaient de façon explicite ou implicite des stimuli dont la polarité (positive vs négative) variait. Cinq expériences ont été conduites : une étude utilisant le paradigme de présentation en champ visuel divisé chez des participants sains, une étude d’imagerie par résonance magnétique fonctionnelle événementielle chez des participants sains, une étude impliquant un patient présentant une hyperperfusion amygdalienne, une étude impliquant des patients ayant une lésion cérébrale focale identifiée, et une étude impliquant des patients schizophrènes. Les résultats expérimentaux sont en faveur (i) de la validation de l’hypothèse de polarité à la fois lorsque l’évaluation est explicite et lorsqu‘elle est implicite, (ii) du fait que l’ensemble des mécanismes impliqué dans l’évaluation explicite n’est pas identique à celui impliqué dans l’évaluation implicite, (iii) de la validation de l’hypothèse d’automaticité.

Thèse de Thomas Voegtlin
"Réseaux de Neurones et Auto-Référence".
jeudi 26 septembre 2002 à 14h00,
dans l'amphithéâtre Emile Benvéniste de l'Université Lyon 2., 7 rue Raulin, 69007 Lyon

Les membres du jury sont :

-M.  Michael A. Arbib    (examinateur)
-Mme Marie Cottrell      (rapporteur)
-M.  Peter F. Dominey    (directeur de thèse)
-M.  Patrick Gallinari   (rapporteur)
-Mme Hélène Paugam-Moisy (directeur de thèse)

De plus, M. Yoshua Bengio est rapporteur externe.

Plan d'accès: http://www.pagesjaunes.fr/photos.cgi?type=6&srv=PLA&insee=69123&loc=69000000&locsnat=06912300&rue=341000&numero=7&cp=69007&lang=FR&crypt=XffqLarc0VY2m6W4PMfUKT4IXnDWMVVWFoSTdHsyiCzhFI7EHvvKrwQu37F1HfyD4rhSCLyf83kulWG5xQVy7OTeeL5PvirUwqZS4Rbq2GD+QMvXaA1EvOhIa0rkUGx0DNalWz5meRtt55AUUfL6IcmskGBMYvN4OyeN8hkJLmUGiqPoJAC5ZGM%3D%3D&
Tramway : ligne T1, arrêt "Quai Claude Bernard"
(plan tcl: http://www.tcl.fr/part_tcl/part_plans/d1.html )
 

thèse de Frédérique de Vignemont
"Who's Who? Soi, sens de l'agentivité et sens de la propriété",
sous la direction de Pierre Jacob, le lundi 27 mai à 10h30
grande salle de conférence à l'ENS, 26 rue d'Ulm Paris
résumé

thèse de Chlöé FARRER
mercredi 22 mai à 14: 30,
à l'amphithéâtre de l'institut des sciences cognitives
Approche neurocognitive de l’agentivité chez le sujet sain et le patient schizophrène.
Jury:
Pr. N. Georgieff (Président),
Pr. M. Jeannerod (Directeur de thèse),
Dr. Y. Burnod (Rapporteur)
Dr. E. Mellet (Rapporteur)
Mr. B. Pachoud (Examinateur)

résumé:
L’expérience que nos actes sont les nôtres c’est à dire que nous les causons et contrôlons a été désignée par le terme d’agentivité. L’objectif de cette thèse a concerné l’étude des mécanismes neurocognitifs sous tendant cette expérience. D’une part, des études comportementales, chez des sujets sains et chez une patiente déafférentée, ont permis de préciser les processus et signaux impliqués dans l’agentivité. D’autre part, des études en neuroimagerie fonctionnelle (PET et IRMf événementielle), ont mis en évidence les corrélats cérébraux de l’agentivité. L’activation de deux régions principales impliquées dans l’image corporelle : le cortex insulaire et le cortex pariétal inférieur droit, ont permis de montrer l’importance des représentations corporelles dans l’expérience de l’agentivité. De plus, une modulation de l’activité de ces aires en fonction de cette expérience a été révélée. Enfin, nous avons étudié l’agentivité chez un groupe de patients schizophrènes présentant une symptomatologie, qui se caractérise par l’attribution explicite des propres actions et pensées du patient à des agents extérieurs. Cette dernière étude a permis d’une part, de mettre en évidence une tendance chez ces patients à attribuer leurs propres actions à l’expérimentateur. D’autre part, les résultats ont montré que cette symptomatologie pourrait être associée non pas au niveau d’une simple perception des actions, mais à un niveau plus central qui concernerait la prise de décision. L’ensemble de ces travaux permet donc une meilleure compréhension des mécanismes sous tendant l’agentivité.

MOTS CLES: Agentivité, Action, Schizophrénie, PET, IRMF événementielle, Cognition sociale, image corporelle, le soi.

DISCIPLINE: Neuropsychologie

LABORATOIRE: Institut des Sciences Cognitives, 67 Bd Pinel 69675 Bron cedex

Mardi 12 mars 2002 à 14h30
Amphithéâtre de l' Institut des Sciences Cognitives
Soutenance de HDR de Peter Ford Dominey, ISC - CNRS UMR 5015
"Cognition Séquentielle et Langage"
Membres du Jury:
Luc Steels,  Simon Thorpe,  Uli Frauenfelder,  Yves Burnod,  Emmanuel Dupoux,  Marc Jeannerod

thèse d' Alice Catherine Roy
lundi 17 décembre à 14h, Amphithéâtre de l'ISC,
"Le mouvement de préhension : apport de la cinématique chez l'homme et le singe"
Jury :
Prof. Marc JEANNEROD, Président, Prof. Luciano FADIGA, Rapporteur, Dr. Patrick HAGGARD, Rapporteur, Dr. Yves Paulignan, co-directeur de thèse,Dr. Driss Boussaoud, co-directeur de thèse

thèse de Pierre Fourneret
mardi 18.12 à 15h Amphithéatre de l'ISC
"A l ’ombre de la conscience de soi… Esquisse neuropsychologique des liens unissant la perception de l’action à l ’agentivité"
Jury :
Pr Nicolas Georgieff, Pr M Jeannerod , Dr Joëlle Proust, Pr M. Azorin, Dr Y. Burnod

thèse d' Olivier Teytaud
mardi 18 décembre à 10h, amphi J. Moulin, bat C au sous-sol, Institut des Sciences de l'Homme, 14 avenue Berthelot à Lyon 7è,
"Apprentissage, Réseaux de Neurones et Applications"

thèse de Nicolas Franck
mardi 30 octobre 2001 à 15h - amphithéâtre de l'ISC
TROUBLE DE L'ATTRIBUTION DES ACTIONS DANS LA PATHOLOGIE SCHNEIDÉRIENNE
jury
Pr Marie-Christine HARDY-BAYLE (rapporteur)
Pr Jean-Marie DANION (rapporteur)
Pr. Marc JEANNEROD (directeur)
Pr Nicolas GEORGIEFF
Pr Michel MARIE-CARDINE
Pr Jean DALERY
 

mardi 19/12/2000  à 14.30h - amphithéâtre de l'ISC
thèse de Victor Frak
Codage visuel des mouvements de préhension
Université Claude Bernard Lyon 1
 

jeudi 23 novembre 2000 14h00 - amphithéâtre de l'ISC
Soutenance de thèse de Taïssia Lelekov- Boissard
"Cognition séquentielle et langage : étude du traitement des structures de surface, abstraite et syntaxique des séquences par les méthodes de neuropsychologie et de potentiels évoqués"
Université Claude Bernard Lyon 1

Résumé

 La compréhension de l’organisation fonctionnelle du langage reste un défi majeur pour la neuropsychologie cognitive. De même, la question des processus partagés vs. distincts intervenants dans l’apprentissage des éléments d’une séquence, et dans l’extraction et la manipulation des règles généralisables reste toujours ouverte de nos jours. Dans une série d’éléments la structure sérielle est la séquence des items dans leur ordre sériel, tandis que la structure abstraite (SA) est formée par la logique à la base de la séquence et qui permet de construire d’autres séries du même type. Par exemple, les séquences A-B-C-B-A-C et D-E-F-E-D-F partagent la même SA (1-2-3-2-1-3), bien que leurs structures sérielles soient différentes. Nous avons montré dans des travaux précédents que ces deux types distincts de structure étaient traitées par des systèmes dissociables. D’autre part, une phrase contient simultanément une structure sémantique et une structure syntaxique (SSynt) qui paraissent être également traitées par des systèmes distincts. Cette dernière peut donner naissance à plusieurs phrases, alors que la structure sémantique est propre à chacune d’entre elles. A titre d’exemple, les phrases « La lettre a été donnée au client par le facteur » et « Philippe a été présenté à Yves par Franck » partagent la même SSynt (Objet a été Verbe au (à) Récipient par Agent), alors que chacune d’elle a un sens (structure sémantique) différent. La SA et la SSynt partagent la caractéristique de génération de plusieurs exemplaires, séquences et phrases, à partir d’un même modèle. Ce travail avait pour but de vérifier l’hypothèse suivante : le traitement d’une SA d’une séquence non-linguistique et le traitement d’une SSynt d’une phrase reposeraient en partie sur des mécanismes similaires.

 Afin de remplir cet objectif, nous avons réalisé, en premier lieu, deux expériences de neuropsychologie dans lesquelles nous avons étudié le traitement de la SA et de la SSynt. Nous avons testé deux populations de patients, chez lesquels le traitement de la SSynt est déficient ; des patients aphasiques et des patients schizophrènes. Ces sujets ont montré une corrélation significative entre la détérioration du traitement de la SA et celle de la SSynt.

 Afin de caractériser d’un point de vue neurophysiologique les traitements de la SA et de la SSynt, nous avons mené deux études de Potentiels Evoqués. La première révèle des profils de Potentiels Evoqués (PE) différents lors du traitement de la structure sérielle et celui de la SA. De plus, la violation de la SA engendre une onde positive de type P600, observée lors des violations de type syntaxique. Dans la deuxième étude, les violations de SA et SSynt engendrent une onde positive de type P600, ce qui indique des processus neurophysiologiques similaires lors du traitement de ces deux types de structures.

 Ces études issues de la neuropsychologie et de la neurophysiologie apportent un ensemble de faits convergents. Les traitements neurophysiologiques de la structure abstraite et de la structure syntaxique seraient en partie similaires.

voir sur ce site :
ISC Working paper 99-10 Taïssia Lelekov (1), Peter F. Dominey (1), Luis Garcia-Larrea (2)
1. Institut de Sciences Cognitives, CNRS UPR 9075, BRON, France
Human Neurophysiology Lab, CERMEP, UPR-EA 1880, Université Claude Bernard,
Lyon I, Lyon, France
Human Brain Potentials Reveal Dissociable Processing of Surface vs. Abstract Sequential
Structure
 
 

Mercredi 23 février 2000   14h00
Amphithéâtre de l'Institut des sciences cognitives
Thèse de Doctorat, mention Neuroscience
Université Claude Bernard Lyon 1
Pascal CHABAUD
Etude des activités oscillatoires dans les bandes beta (15-40 Hz) et gamma
(60-90 Hz) au sein des voies olfactives centrales chez le rat vigile.
Modulation par les odeurs et leur signification comportementale.
Jury: Pr. A. Holley, Dr. M. Munk, Dr. G. DiScala, Dr. O. Bertrand, Dr. R.
Gervais

voir
Chabaud, P., Ravel, N., Wilson, D.A., Mouly, A.M., Vigouroux, M., Farget, V. and Gervais, R. (2000) Exposure to behaviourally relevant odour reveals differential characteristics in central rat olfactory pathways as studied through oscillatory activities. Chemical Senses, 25: 561-573.
 

9 Novembre 1999,
THESE DE DOCTORAT en NEUROPSYCHOLOGIE
UNIVERSITE CLAUDE BERNARD - LYON 1
de  Timothy MONTOUTE
Perception et reconnaissance faciales : Intégration de processus et reconstruction des représentations.

Thèse de Suliann Ben Hamed
Caractérisation fonctionnelle de la représentation visuelle de l'aire intrapariétale latérale (LIP) : spécificités et modulations comportementales.
Neurosciences, Université de  Paris VI, 1999

L'aire intrapariétale latérale LIP (pour lateral intraparietal area) est impliquée de part sa connectivité et ses propriétés de réponses dans un réseau responsable de l'analyse et de l'exploration visuelle. Le travail présenté ici a pour problématique centrale l'étude des propriétés visuelles de LIP dans une perspective résolument fonctionnelle.
Une première étape consiste à établir une base de données stable de ces propriétés par une cartographie quantitative des champs récepteurs visuels (CR) de LIP dans une condition de fixation standard. Ceci nous permet de décrire d'une part une sur-représentation de l'espace central dans LIP et une topographie grossière caractérisée par un gradient rostro-caudal marquant une progression du codage de l'hémichamp visuel inférieur vers l'hémichamp supérieur et un gradient du fond du sillon vers la convexité marquant une progression de l'espace contralatéral vers l'espace ipsilatéral.
Une approche comparative entre plusieurs aires visuelles pariétales, nous permet ensuite de singulariser LIP d'une part, de part son codage en coordonnées oculomotrices de l'information visuelle et d'autre part, du fait de la sur-représentation de l'espace central qu'elle exprime. Cette dernière observation nous amène à considérer les activités liées à la fixation oculaire dans LIP. Différentes classes de cellules sont ainsi identifiées sur la base de leurs profils de réponse.
Enfin, nous mettons en évidence les propriétés de dynamique spatiale et temporelle de ces représentations visuelles, et nous montrons qu'elles sont modulées par le comportement en cours. Cette modulation s'exprime au niveau de la cellule unique sur le champ récepteur visuel des cellules et au niveau de la population sur la nature du traitement de l'information en termes de rapport signal-bruit. Nous établissons une corrélation entre ces modulations physiologiques et des modulations que nous observons au niveau psychophysique dans le même contexte comportemental.

DIVERS
appel à communications du colloque annuel de l' "European Society for Philosophy and Psychology"
qui se tiendra à l'Institut des sciences cognitives du 10 au 13 juillet 2002

publication de l'ouvrage d'Aïcha Rouibah (ISC):
Approche cognitive des traitements phonologiques et sémantiques
Presses Universitaires de Grenoble, 2001

Expositions

à l'Institut des sciences cognitives, vernissage de l'exposition de Sarah Perret, le 19 septembre 2002

exposition à l'ISC - en juin et juillet 2002
Dominique Lechec
vernissage mercredi 5 juin 2002 à 17h

l'ISC a accueilli également depuis 1999 une exposition des oeuvres de Monique Hanson,  des oeuvres de Philippe Desmé, des gravures de Marie-Noelle de ROHOZINSKA, l'exposition du peintre Hervé FAYEL, l'exposition du peintre et sculpteur MOSKOVTCHENKO  et celle du peintre Salvatore Gurrieri.

Nouveaux working papers de l'Institut :

Nouveaux "working papers" - année 2003

ARRIVEE A l'ISC
 

NOUVEAU SUR LE SITE INTERNET DE L'ISC

Une page de liens sur l'imagerie

Une page de liens sur la psychiatrie

Nouvelle version en ligne des atlas sémantiques, également dictionnaires des synonymes développés par l'équipe de Sabine Ploux en collaboration avec les laboratoires ELSAP ( Université de Caen) et LTM (Langues, Textes, Modèles - CNRS - ENS Paris). Cette version comporte une visualisation des espaces sémantiques lexicaux. La programmation de l'interface graphique a été effectuée à l'ISC par Francis Boudin, Michaël Genay, Lionel Granjon et Jérôme Grimaud. Voir également le "ISC dictionary of English synonyms" composé également  par l'équipe de Sabine Ploux et muni du logiciel de visualisation des espaces sémantiques lexicaux. Un dictionnaire bilingue, anglais-français, français anglais est également disponible.

De nouveaux liens avec des informations scientifiques générales et avec des initiatives de culture scientifique et technique sont consultables sur notre page "vulgarisation".

ARCHIVES
 
les séminaires et conférences  tenus à l'ISC durant l'année universitaire 2000 2001 les séminaires de l'Institut 1999-2000
les séminaires de l'Institut 1998-1999 les thèses soutenue à l'Institut des sciences cognitives

séminaires année universitaire 2003-2004

jeudi 16 octobre 2003
Jay Gottfried
Wellcome Department of Imaging Neuroscience in London
"The Scented Brain: fMRI Studies of Odor Processing and Learning"
http://www.fil.ion.ucl.ac.uk/~jaygottf/

jeudi 30 octobre 2003
Luigi Pizzamiglio, Université de Rome
"Perception of meaningfull sounds: a fMRI and Evoked Potentials approach"
http://www.psibo.unibo.it/aipspe/pizzami.htm

Laure Pisella, CR2 CNRS, Inserm Unité 534
"Remapping trans-saccadique et cortex pariétal chez l'homme. Approche neuropsychologique."
http://www.lyon.inserm.fr/534/534_c.html

jeudi 20 novembre 2003
atelier "imagerie cérébrale de la reconnaissance de mots isolés : réseau d'activation"

jeudi 20 novembre 2003
Ivo Vanzetta ( Equipe Perception et Cognition CNRS - INPC ( Bat. N ) 31 Chemin Joseph Aiguier 13402 Marseille Cedex 20 FRANCE )
"Spatio-temporal Characteristics of Sensory-evoked Changes in Cerebral Blood-Volume and -Oxygenation. Implications for Functional Brain Imaging"
http://dpm.cnrs-mrs.fr/INPC.html

jeudi 27 novembre 2003
Patrick Pirim
http://gvpp.org/
chronique consacrée à Patrick Pirim par France infos :
http://www.radiofrance.fr/chaines/france-info/chroniques/hightech/index.php?m=3&chro_diff_id=5249
 

lundi 8 décembre 2003
Michael E. Goldberg, M.D.,
"Beyond working memory - prefrontal mechanisms for the ordering of complicated behavior."
http://cpmcnet.columbia.edu/dept/neurobeh/MGoldberg.html

Le jeudi 15 janvier, exceptionnellement, deux séances du séminaire

Jeudi 15 janvier 2004 - 11h30 - séminaire du jeudi - amphithéâtre de l'Institut des Sciences Cognitives
Dr Marcel Zeelenberg  - University of Tilburg, The Netherlands
thème de recherche : Behavioral Decision Research, Emotions, Consumer Behavior
http://www.uvt.nl/webwijs/english/show.html?anr=776750&lang=en
Regret and decision making

14h30 séminaire exceptionnel - amphithéâtre de l'Institut des Sciences Cognitives
Susanne Corkin
http://web.mit.edu/bnl/
Ph.D., Professor of Behavioral Neuroscience, Department of Brain and Cognitive Sciences
Massachusetts Institute of Technology, USA
Is emotional memory special ?
 

Jeudi 22 janvier 2004 - 11h30 - séminaire du jeudi - amphithéâtre de l'Institut des Sciences Cognitives
Sébastien Bouret, Neurobiologie des processus adaptatifs, Paris
http://npa.snv.jussieu.fr/Npm/eq_npm.html

Motivation, attention et interaction locus coeruleus-cortex frontal lors de l’apprentissage

Le cortex frontal et le noyau noradrénergique locus coeruleus (LC) sont tous deux impliqués dans de nombreux processus cognitifs. Ces deux structures jouent un rôle primordial dans divers processus attentionels et favorisent une certaine flexibilité comportementale.

Afin de mieux comprendre comment ces structures interagissent et interviennent pour sous-tendre les fonctions comportementales qui leur sont attribuées, nous utilisons une approche électrophysiologique chez le rat éveillé.
L’activité unitaire est enregistrée simultanément au niveau du cortex frontal médian (aire prélimbique, PL) et du LC, lors de plusieurs sessions d’une tache de discrimination olfactive (Go/NoGo). Cette tache nous permet d’étudier l’activité neuronale dans plusieurs conditions comportementales: réaction d’orientation (au stimulus préparatoire), attente de l’odeur, discrimination olfactive, réponse comportementale (Go ou NoGo), attente de la récompense et issue de l’essai en fonction de la réponse (correcte, incorrecte, récompense).

Nos résultats suggèrent une double implication du LC et du FC dans cette tache. Tout d’abord, ces deux structures montrent des réponses liés à des processus attentionels, avec notamment une activation phasique du LC qui accompagne la réaction d’orientation au stimulus préparatoire et précède une inhibition tonique au niveau de nombreux neurones frontaux. Les neurones du LC sont fortement activés pendant l’odeur renforcée; cette activation est étroitement liée à la réponse comportementale dirigée vers la récompense. Au niveau du PL, une forte proportion de neurones est activée lors du délai introduit entre la réponse comportementale et l’obtention de la récompense. L’activation successive de ces deux structures semble liée à l’anticipation de la récompense quand celle-ci constitue le but de la réponse comportementale.
Afin de clarifier ce dernier point, nous avons systématiquement modifié la relation odeur-renforcement au cours des sessions. Dans tous les cas, les neurones du LC montrent une forte activation à la récompense au début de l’apprentissage, puis cette activation se décale rapidement vers l’odeur, avant que les animaux ne montrent une discrimination comportementale. Au niveau du PL, l’activation liée à l’attente de la récompense disparaît au début de l’apprentissage et ne réapparaît qu’une fois que l’animal exprime clairement une discrimination comportementale. Ainsi, l’activation du LC liée à l’anticipation de la récompense précède celle du PL, non seulement pendant un essai mais également au cours des essais successifs lors de l’apprentissage.

L’ensemble de ces résultats complète les données de la littérature montrant une implication du LC et du PL dans des fonctions liées à l’attention et la flexibilité comportementale, ainsi que les comportements dirigés vers un but. Cette étude met en évidence une influence potentielle du LC sur un réseau fonctionnel qui comprend le cortex frontal, à la fois en conditions stables et lors de l’apprentissage. Ce travail nous permet de mieux comprendre l’influence modulatrice du LC sur le fonctionnement de systèmes neuronaux distribués à travers le télencephale.
 
 

après midi - 14h -  Yves Burnod (ISC) - amphithéâtre de l'Institut des Sciences Cognitives
Pistes pour de nouveaux liens entre les différents domaines des sciences cognitives
 

Lundi 26 janvier 2004 -  amphithéâtre de l'Institut des Sciences Cognitives
Présentation et discussion publique par les doctorants et les étudiants en DEA de l'ISC de leurs projets de recherche

Jeudi 5 février 2004 - 11h30 - séminaire du jeudi - amphithéâtre de l'Institut des Sciences Cognitives
Jean-Louis Dessalles, ParisTech - Ecole Nationale Supérieure des Télécommunications
http://www.infres.enst.fr/~jld/bio/jld.us.html
L'origine des concepts
résumé
Selon une tradition bien ancrée en sciences cognitives, les représentations qui sont impliquées dans la construction du sens des expressions langagières seraient exactement celles qui nous servent à catégoriser le monde perçu. En conséquence, nos concepts ne seraient pas très différents de ceux des animaux, et l'avènement du langage n'aurait pas fondamentalement transformé notre manière de conceptualiser.
Une telle manière de voir ne permet pas d'expliquer des phénomènes élémentaires comme la combinaison conceptuelle et la négation en contexte. Un 'carré arrondi' ne possède pas les caractéristiques perceptives typiques d'un carré. Une omelette trop cuite, dans un certain contexte, peut se voir taxer de n'être pas une omelette. Or, aucun critère de ressemblance général ne permet de prévoir une telle catégorisation négative.
Nous proposons de considérer la conceptualisation comme une procédure cognitive qui s'exerce en temps réel. Dans un tel schéma, les concepts n'ont qu'une existence éphémère : nous les fabriquons au moment de constituer le sens des énoncés du langage. Le modèle que nous proposons a des implications pour la phylogenèse : la capacité de conceptualisation serait née de la possibilité de produire des négations explicites en contexte, ce qui a donné naissance à l'argumentation.
 

conférence exceptionnelle - 14h30 - amphithéâtre de l'ISC
Prof. Maurizio Corbetta, MD, PhD
"Attention systems of the human brain for goal-directed and stimulus-driven behavior"
Affiliation: Neurology, Radiology, and Anatomy and Neurobiology, Washington University School of Medicine, St.Louis, USA
http://www.nil.wustl.edu/labs/corbetta/
 

séminaires année universitaire 2002-2003

Mouvement, action et conscience : vers une physiologie de l’intention.
Colloque en l’honneur de Marc Jeannerod
27 et 28 Septembre 2002
les inscriptions pour ce colloque sont closes

jeudi 10 octobre 2002 - 11h30 - amphithéâtre de l'ISC - séminaire du jeudi
Nikos Logothetis, Max Planck Institute for Biological Cybernetics, Tübingen
titre à définir
http://www.kyb.tuebingen.mpg.de/main/staff.php?user=nikos

jeudi 17 octobre 2002 - 11h30 - amphithéâtre de l'ISC - séminaire du jeudi
Alexa Riehle, Centre de Recherche en Neurosciences Cognitives, CNRS, Marseille
le séminaire sera donné en français
"Cortical Suppression of Expected Movements: Linking Opposite Directions in Motor Cortex"
http://lnf.cnrs-mrs.fr/crnc/cortex/publ.html
 

jeudi 14 novembre 2002 - 11h30 - amphithéâtre de l'ISC - séminaire du jeudi
Andrea Moro, Professeur de linguistique à l'Université Vita Salute San Raffaele et membre du Center
for Cognitive Neuro Science de Milan.
Grammar and Brain: two experiments in neuroimaging
http://web.tiscali.it/mzorzi/Moro.html
Two disciplines, neuropsychology and linguistics,  have extensively explored the human faculty of language providing distinct types of scientific results. On the one hand, since at least the XIX century, neuropsychology has identified the selective role of left brain by focussing on data coming from pathologies; on the other, formal linguistics has shown how a modular decomposition of linguistic structures can explain all different grammars under the same basic scheleton. Recently, the so-called neuroimaging technologies have shed new light in the field allowing the in vivo verification of some aspect of the linguistic process. In particular, it has become possible to compare  neuropsychology and linguistics in a non-trivial way. In this presentation, I will show how the specific area of syntax processing can be identified, and how language learning can be investigated.

jeudi 21 novembre 2002 - 11h30 - amphithéâtre de l'ISC - séminaire du jeudi
Michelle de Haan
Developmental Cognitive Neuroscience Unit, Institute of Child Health,University College London.
"Development of cortical representations of faces and objects"

jeudi 28 novembre 2002 - 11h30 - amphithéâtre de l'ISC - séminaire du jeudi
Lionel Naccache
"La perception subliminale des nombres : propriétés psychologiques et imagerie cérébrale fonctionnelle de processus cognitifs inconscients."
Nous avons abordé deux questions centrales de la littérature scientifique des processus cognitifs inconscients à l'oeuvre dans les situations d'amorçage visuel masqué. La première de ces questions concerne le niveau d'abstraction que de telles représentations peuvent atteindre. Nous avons réuni plusieurs arguments fondés sur
des résultats comportementaux et neurophysiologiques - données d'imagerie cérébrale fonctionnelle utilisant les techniques de potentiels évènementiels (ERP) et de résonance magnétique (IRMf) - dont la synthèse permet de soutenir que des nombres inconsciemment perçus sont traités jusqu'à un niveau de représentation abstrait
 associé au codage d'un de leurs attributs sémantiques, celui de leur quantité numérique. Notre approche nous a conduit à développer une nouvelle méthodologie d'imagerie cérébrale fonctionnelle nommée « la méthode d'amorçage » qui combine la logique de l'amorçage des psychologues à celle du phénomène de « suppression par répétition » des neurophysiologistes. Cette méthode permet d'aborder la question générale du code neural sous-tendant les processus cognitifs les plus variés avec une meilleure sensibilité que celle offerte par les méthodes de soustraction directe habituellement utilisées en imagerie cérébrale fonctionnelle. La seconde question que nous avons abordée tient aux effets des phénomènes attentionnels sur les traitements cognitifs inconscients. Nous avons pu montré à travers trois expériences comportementales que les effets d'amorçage masqués observés dans notre paradigme numérique dépendent étroitement de l'orientation volontaire de  l'attention temporelle. Ce résultat contredit les conceptions traditionnelles qui considèrent de tels traitements subliminaux comme étant des processus automatiques échappant aux effets de l'attention. L' ensemble de ces résultats nous a permis de proposer un modèle général des différents types de traitements cognitifs inconscients et de leur relations avec les phénomènes attentionnels.

mardi 3 décembre - séminaire exceptionnel - 10h - amphithéâtre de l'ISC
Thomas Paus
Cognitive Neuroscience Unit/Neuropsychology Department, Montreal Neurological Institute,
"Imaging and stimulating the human brain"
http://www.bic.mni.mcgill.ca/users/tomas/
voir les publications :
http://www.mni.mcgill.ca/cog/paus/pubs.htm
 

jeudi 12 décembre 2002 - 11h00 (heure inhabituelle du fait que nous avons deux orateurs) - amphithéâtre de l'ISC - séminaire du jeudi
Markus Diesmann, Max-Planck-Institut für Strömungsforschung, Göttingen, Allemagne
"Modeling the Correlation Structure of Cortical Neural Networks"
Sonja Grün, Max Planck Institute for Brain Research, Frankfurt am Main, Allemagne
 "Analysis and Identification of Neuronal Interactions in the Cortex"

mardi 17 décembre 2002 attention - changement d'heure et de lieu, cette conférence sera prononcée à  14h00
à l'unité 371 Inserm, 18 ave doyen Lépine à Bron.
Stanislas Dehaene - (U 334 Inserm Service hospitalier Frédéric Joliot CEA Orsay)
"les bases cérébrales d'une acquisition culturelle : l'identification visuelle des mots"

jeudi 9 janvier 2003 - 11h30 séminaire du jeudi
Abdelhamid Benazzouz
Physiologie et Physiopathologie de la Signalisation Cellulaire
CNRS UMR 5543
http://www.u-bordeaux2.fr/neurophysio/
Stimulation à haute fréquence du noyau subthalamique dans la maladie de Parkinson: état des lieux

Résumé:
La maladie de Parkinson (MP) représente une des pathologies neurodégénératives les plus anciennement connues. Devant l'échec du traitement à la L-Dopa, les
progrès de la recherche durant les quinze dernières années, ont contribué à l'enrichissement des connaissances sur la neurophysiologie et la physiopathologie des
noyaux gris centraux (Albin et coll., 1989 ; Bergman et coll., 1990). Ceci a permis de mieux comprendre cette maladie et de développer de nouvelles approches
thérapeutiques. Durant la dernière décennie, nous avons montré que la stimulation à haute fréquence (SHF) du noyau subthalamique (NST) induit une amélioration
spectaculaire des symptômes moteurs chez le singe rendu parkinsonien par injection de MPTP et chez des patients atteints de formes sévères de la maladie de
Parkinson. Dans le but de comprendre le mode de fonctionnement de cette nouvelle approche thérapeutique, nous avons montré que la SHF du NST induit une
inhibition de l'activité neuronale des 2 structures de sortie des noyaux gris centraux en inhibant directement les neurones du NST.  Où en est-on dix ans après et
quelles sont les perspectives?
voir sur Medline la bibliographie d'Abdelhamid Benazzouz

DEA de Neuroscience 2002-2003
De la perception à la mémoire
Cycle de cours-conférences ouvert à tous
organisé du 23 au 29 Janvier 2003
Dans le cadre de l’école doctorale BMIC
Avec le soutien de l’Institut Fédératif des Neurosciences de Lyon

jeudi 30 janvier 2003 - amphithéâtre de l'ISC - séminaire du jeudi
Christelle Dodane, post-doc à l'ISC
http://cled.free.fr/cdodane/recherche/visite.html
Transfert de compétence de la pratique musicale au traitement prosodique et phonétique d'une langue étrangère.

résumé
La musique et la langue entretiennent de grandes similitudes de forme par l’intermédiaire des éléments prosodiques qui sont les « éléments musicaux » de la langue, (le rythme et l’intonation), ainsi que de grandes similitudes structurales, puisqu’elles répondent toutes deux à une organisation de type hiérarchique. Tout au début de la vie, le bébé fait preuve de capacités de traitement communes pour la langue et pour la musique. Il montre notamment une grande sensibilité aux éléments musicaux, sensibilité à laquelle s’adapte son entourage par des ajustements vocaux spécifiques (langage adressé à l’enfant et chant adressé à l’enfant). Par ailleurs, l’environnement musical et l’environnement linguistique exercent le même type d’influences en provoquant une spécialisation de l’attention du jeune enfant sur sa langue maternelle et son système musical maternel dans un but d’acquisition, d’autre part une baisse simultanée de ses capacités de discrimination des contrastes linguistiques et musicaux non natifs. Si la langue et la musique empruntent ensuite des chemins divergents à partir de l’émergence du babillage canonique (6-8 mois), on continue à relever des caractéristiques communes dans le développement linguistique et musical du jeune enfant (notamment le passage simultané d’un traitement de type global à un traitement de type analytique).

Devant tant de similitudes, pourquoi ne pas poser l’hypothèse que les « compétences » qui caractérisent une oreille musicienne se reportent sur le traitement de la langue ? En particulier, qu’en est-il lors de l’apprentissage d’une langue étrangère ? Pour le savoir, une expérimentation a été conduite sur une population de 27 enfants musiciens et non musiciens, scolarisés en classe de CE1. Tous ces enfants bénéficient d’un apprentissage précoce de l’anglais, langue dont le système prosodique et le système phonologique sont très différents de ceux du français.

Du point de vue de la perception, les résultats font apparaître que les musiciens manifestent des capacités accrues à discriminer les contrastes vocaliques de l’anglais et semblent donc moins sensibles au phénomène de crible phonologique. Une oreille musicienne se caractérise par l’utilisation d’une stratégie analytique dans le traitement des contours mélodiques et par une capacité à traiter la dimension harmonique qui met également en jeu un traitement de type analytique. Ce traitement semble se transférer à la perception des contrastes vocaliques puisque les enfants musiciens font preuve d’une meilleure discrimination des contrastes vocaliques de timbres proches. En ce qui concerne les productions des enfants, nous avons relevé que les musiciens utilisent une stratégie de généralisation des particularités prosodiques de l’anglais. Il est possible qu’en raison de leur oreille entraînée, ils repèrent plus facilement ces caractéristiques et qu’ils les reproduisent même dans des énoncés où elles ne devraient pas apparaître. Cette stratégie contribue à donner une couleur « anglaise » à leurs productions.

Ces résultats justifient a posteriori un rapprochement entre la musique et la langue et le transfert de compétence de l’un à l’autre. Il s’agit maintenant d’exploiter ce transfert dans l’enseignement/apprentissage des langues étrangères.

Mots clés : musique, apprentissage précoce, langue étrangère, anglais, français, perception, production, prosodie, voyelles, diphtongues.
 

vendredi 31 janvier 2003
Workshop on
"Oscillations and higher brain function"
Organised by the "ACI Neurosciences Intégratives et Computationnelles".
Institut des Sciences Cognitives, Lyon

jeudi 6 février 2003 - amphithéâtre de l'ISC - attention changement de date par rapport à ce qui avait été annoncé
Journée des étudiants ISC

10h-10h30
Alexandre ZENON. Rôle du cortex pariétal (LIP) dans la modulation attentionnelle de l’activité neuronale au sein de V4.
1ère année de thèse de Neurosciences, Belgique (directeur de thèse : Etienne Olivier).
10h30-10h40
Yannick SEVELINGES. Neurobiologie du conditionnement pavlovien de peur à l'odeur : approche électrophysiologique.
DEA de Neurosciences (directeur de recherche : Rémy Gervais).
10h40-11h10
Laetitia CIRILLI. Effets cognitifs et émotionnels de la stimulation subthalamique dans un modèle primate de la maladie de Parkinson.
Thèse de Neurosciences, 2ème année (directeurs de thèse : Driss Boussaoud et Martine Meunier).
11h10-11h30
Pause
11h30-12h00
Nadia ALLAMI. Le choix de l'axe de la pince pendant la saisie d'un objet et coordination des différentes composantes du mouvement : bases anatomo-fonctionnelles.
Thèse de Neurosciences (directeurs de thèse : Yves Paulignan et Driss Boussaoud).
12h00-12h10
David THURA. Influence de la position de la main sur le système oculomoteur : Etude comportementale et électrophysiologique chez le singe.
DEA de Neurosciences (directeur de recherche : Driss Boussaoud).
12h10-12h20
Miguel ULLA. Etude de l’estimation subjective des dimensions corporelles dans la maladie de Parkinson.
DEA de Neurosciences (directeur de recherche : Angela Sirigu).
12h20-12h35
Sylvie DUVAL et Antoine ABBALLEA. Plasticité du cortex sensorimoteur avant et après allogreffe des mains.
DEA de Neuropsychologie et DEA de Neurosciences (directeur de recherche : Angela Sirigu).
12h35-12h45
Isabelle BENATRU. Emotion et prise de décision dans la maladie de Parkinson : effets de la Levodopa et de la stimulation du noyau sous thalamique (NST).
DEA de Neurosciences (directeur de recherche : Angela Sirigu).

12h45-14h00
Buffet offert à tout l’ISC

14h00-14h10
Yannick BOUCHUT. Etude de l'effet temporel dans une BAM.
DEA de Sciences Cognitives (directeur de recherche : Hélène Paugam-Moisy).
14h10-14h20
David MEUNIER. Intégration temporelle dans le modèle de la BAM.
DEA de Sciences Cognitives (directeur de recherche : Hélène Paugam-Moisy).
14h20-14h30
Yannick DARCY. Etude de faisabilité d'une modélisation par réseaux de neurones des comportements des conducteurs (automobiles) et de leurs déterminants.
DEA de Sciences Cognitives (directeur de recherche : Hélène Paugam-Moisy).
14h30-14h40
Mary FELKIN. Road mining.
DEA extraction des connaissances (directeur de recherche : Hélène Paugam-Moisy).
14h40-15h10
Thierry ANQUETIL. La conscience de l'action chez les patients schizophrènes : une étude expérimentale en TEP.
Thèse de Neurosciences (directeur de thèse : Marc Jeannerod).
15h10-15h20
Laurent POUILLES. Recherche d’anomalies dans le traitement des différents degrés d’intentionnalité chez le schizophrène.
DEA de Neuropsychologie (directeur de recherche : Nicolas Franck).
15h20-15h30
Aurélie BAILLY. Dissociation du traitement des informations visuelles dans la mémoire de travail: Approche par TEP.
DEA Neurosciences (directeur de recherche : Jocelyne Ventre-Dominey).
15h30-15h45
Pause
15h45-16h15
Clara MARTIN. Dynamique temporelle de l'accès aux représentations orthographiques explorée en Potentiels Evoqués.
Thèse de Sciences Cognitives, mention Neurosciences (directeurs de thèse : Tajana Nazir et Jean-François Démonet).
16h15-16h25
Véronique BOULENGER. Interférence entre une tâche verbale de reconnaissance de mots et une tâche motrice.
DEA de Neuropsychologie (directeur de recherche Tajana Nazir).
16h25-16h55
Kathy OTERO. La question des qualia : entre phénoménologie externaliste et réductionnisme fonctionnaliste.
Thèse de Sciences Cognitives, mention Philosophie de l’esprit (directeur de thèse : Anne Reboul).

jeudi 13 février 2003 - amphithéâtre de l'ISC - 11h30
présentation du CERMEP et de ses ressources
Par Gérard Gimenez, directeur du laboratoire et ses collaborateurs
http://www.cermep.fr/

jeudi 20 février 2003 - séminaire du jeudi - 11h30
Christian XERRI
Neurobiologie Intégrative et Adaptative, CNRS/Université de Provence, UMR6149, 13397 Marseille cedex 20, France.
Christian.Xerri@newsup.univ-mrs.fr
MALLEABILITE DES CARTES DU CORTEX SOMESTHESIQUE : INFLUENCE DE L’EXPERIENCE SENSORIELLE ET MECANISMES DE NEUROPLASTICITE

Les aires du cortex somesthésique primaire, relativement spécialisées dans diverses formes de sensibilité tactile ou proprioceptive, sont le siège de processus neuronaux complexes qui permettent la reconnaissance d'attributs comme la taille, la forme, la texture, le volume et le poids des objets manipulés. Elles contribuent également à la connaissance du corps propre et à l’élaboration du schéma corporel.

Bien que les cartes somesthésiques soient dotées de propriétés d’organisation générale qui ne varient pas selon les individus, ces représentations en mosaïques fonctionnelles constituent dans leur détail de véritables empreintes idiosyncratiques, des signatures neurobiologiques individuelles. Loin de la conception dogmatique qui a longtemps prévalu, les représentations sensorielles du cortex primaire sont actuellement envisagées comme des constructions dynamiques. Les fluctuations permanentes de leur “ géographie” reflètent des modifications de l’architecture morphologique et fonctionnelle des réseaux neuronaux dont elles constituent l’émanation. Le remodelage de ces cartes peut être induit par des stimulations sensorielles ou bien par des lésions nerveuses, périphériques (neurotomie, amputation) ou centrales (atteintes traumatiques, accidents vasculaires…). La malléabilité corticale contribue ainsi à l’engrammation neurobiologique de l’expérience du sujet et sous-tend des processus d’adaptation comportementale et de restauration post-lésionnelle. S’agissant de l’expérience sensorielle comme facteur de remodelage des cartes somesthésiques, les travaux récents ont mis en lumière l’influence de la structure spatio-temporelle des entrées sensorielles qui convergent sur le cortex. Par ailleurs, un ensemble de mécanismes de neuroplasticité sont susceptibles de sous-tendre ces remodelages fonctionnels qui peuvent se dérouler selon des échelles temporelles variant de quelques minutes à plusieurs années. Ayant admis que la malléabilité des cartes corticales somesthésiques s’exprime virtuellement durant toute la vie de l’individu, un questionnement important concerne l’influence de l’expérience précoce sur les capacités de remodelage qui se manifestent chez l’adulte.

jeudi 6 mars2003 - séminaire du jeudi - 11h30
Amphithéâtre de l'Institut des sciences cognitives
DR. JANAINA MOURAO MIRANDA (Rio De Janeiro University, Brésil )
Cerebral processing of affective pictures: functional neuroimaging.
 
 
voir aussi sur ce site la page des ateliers des sciences cognitives dont les premières séances ont eu lieu les jeudi 13 et 20 mars 2003

jeudi 10 avril 2003 séminaire du jeudi - attention, cette séance aura exceptionnellement lieu en salle D (2è étage) de l'Institut
Jean Baptiste Van der Henst, CR CNRS, ISC
raisonnement et pertinence
Plusieurs articles pertinents de Jean Baptiste Van der Henst peuvent être téléchargés sur la base d'articles de l'ISC
http://hal.ccsd.cnrs.fr/ISC/

jeudi 17 avril 2003  - séminaire du jeudi - 11h30
Walter J Freeman
Department of Molecular & Cell Biology
University of California at Berkeley
The olfactory bulb as a model for the dynamics of perception

Observation of unit activity leads to the view that the vertebrate olfactory bulb is the site of information processing at which odorant chemicals are identified and classified, while the interpretation of the information for attention and decision making is done at higher levels in the forebrain.  Observation of local field potentials (EEG) leads to an alternative view, that bulbar function in awake animals is fully integrated with the limbic system and other sensory areas prior to sensory input.  Bulbar EEG patterns reflect perceptual hypotheses that animals make for testing by sampling the environment.  Unit activity reflects the sensory information that is used to make the tests, after which that information is discarded.  Only the hypothesis tested and the result of the test are reported to other parts of the forebrain.

jeudi 24 avril 2003 - 11h30 - séminaire du jeudi - amphitéâtre de l'institut des Sciences Cognitives
http://www.york.ac.uk/depts/psych/www/people/academics/biogs/awe1.html
Andrew Ellis
"Age of acquisition: how learning and development shape adult psychological structure"

Abstract: Words learned early in life can be processed faster by adults than words learned later.  Early vocabulary is also more resistant to the
effects of brain injury that later vocabulary.  These effects of age of acquisition may extend beyond words - for example to faces learned earlier
or later in life.  I will review some of these findings, offer a possible explanation in terms of the behaviour of neural networds trained in a
gradual and cumulative manner, and present the results of an fMRI study investigating age of acquisition effects in the brain.

séminaires année universitaire 2001-2002

séminaires à l'ISC
jeudi 13 septembre - 11h30 - amphithéâtre de l'ISC - séminaire du jeudi
Etienne Koechlin
Imagerie fonctionnelle des adaptations visiomotrices (IRMf) - Inserm U. 483 (Université Pierre et Marie Curie, Paris)
Functional organization of the prefrontal cortex in human planning

jeudi 27 septembre - 11h30 - amphithéâtre de l'ISC - séminaire du jeudi
Jules Davidoff; Goldsmiths College University of London
Are perceptual categories really linguistic categories?
articles de Jules Davidoff sur Pubmed
accès électronique possible au texte intégral de certains articles sur les ordinateurs de l'ISC

vendredi 28 septembre -11h30 - amphithéâtre de l'ISC - séminaire exceptionnel
Prof. Dr. Jürgen Krüger, AG Hirnforschung, Inst. Anatomie, Freiburg
From monkey to conscious man : a brain's view

jeudi 4 octobre - amphithéâtre de l'ISC - 11h30
accueil des étudiants à l'ISC

jeudi 11 octobre - 11h30 - amphithéâtre de l'ISC - séminaire du jeudi
Paul Apicella
LABORATOIRE de NEUROBIOLOGIE CELLULAIRE et FONCTIONNELLE, FRE 2131 CNRS, Marseille
Rôle des neurones du striatum dans la détection et la prédiction de stimulus
articles de Paul Apicella sur Pubmed

jeudi 18 octobre - 11h30 - amphithéâtre de l'ISC - séminaire du jeudi
James Kilner ( Sobell Department of Neurophysiology, Institute of Neurology, London;  chercheur invité à l'ISC) - titre à définir
articles de James Kilner sur Pubmed
accès électronique possible au texte intégral de certains articles sur les ordinateurs de l'ISC

jeudi 25 octobre - 11h30 - amphithéâtre de l'ISC - séminaire du jeudi
Marc Thevenet (ISC), Nicolas Coste (Cermep), Claude Delpuech (U 280  Inserm)
présentation du logiciel ACTIVIS

Jeudi 8 Novembre 2001: 10.30 - 15h.
Atelier de Syntaxe et Sémantique dans le cadre du PRASC.

Participants:
Université de Genève, Groupe de Syntaxe
Responsable: Dr.  Ur Shlonsky

ENS, Sémantique
Responsable: Jacques Jayez  (Ecole Normale supérieure Lettres et Sciences Humaines de Lyon)

ISC, Equipe Morpho-syntaxe et sémantique formelle des langues naturelles
Responsable:  Viviane Déprez

Programme:
10h 30-  11h 30
Présentation informelle des travaux des participants

11h 30-  12h 30
Conférence publique de Jacques Jayez (Ecole Normale supérieure Lettres et Sciences Humaines de Lyon)
Variation et quantification. Le cas des `Free Choice'
résumé :
Dans les langues naturelles, il est généralement admis que les quantificateurs comme `every' en anglais ou `tous les' en français ont à la base un comportement analogue à celui des quantificateurs logiques mais comportent certaines instructions spécifiques (concernant, par exemple, la distributivité). En gros, du point de vue logique, ils indiquent des propriétés booléennes ou numériques définies sur un ou plusieurs domaines d'individus. Par exemple `Tous les étudiants se sont inscrits' indique que, pour un domaine d'étudiants, tous (ou la plupart, si l'on admet une certaine approximation) se sont inscrits. Bien que l'approche en termes de quantification généralisée ait un peu compliqué ce schéma de base (en introduisant des quantificateurs plus exotiques, par exemple polyadiques), elle ne l'a pas substantiellement modifié. Il existe également dans les langues naturelles des déterminants, comme `any' en anglais, ou `n'importe quel' et `tout' en français qui posent problème par rapport à cette approche de la quantification.
1. Ce sont intuitivement des quantificateurs,
2. on ne les rencontre pas dans les mêmes environnements que les autres quantificateurs,
3. ils semblent, au moins dans certains cas, impliquer une possibilité de choisir librement entre les éléments d'un ensemble, d'où l'appellation anglo-saxonne de `Free Choice Items' (FCI). Par exemple, `Prends n'importe quelle carte' semble impliquer que l'interlocuteur a le droit de choisir la carte qui lui plaît. Etant donné que les FCI ont des origines morphologiques très différentes dans les différentes langues, on a cherché à dériver leur fonctionnement de contraintes conceptuelles analogues, que les langues auraient codés sémantiquement et morphologiquement avec certaines différences. Malheureusement, la formulation de ces contraintes se révèle extrêmement délicate dans le cadre de la quantification ordinaire. En gros, les FC semblent coder une exigence de variation (on peut faire varier les individus auxquels on fait référence, par exemple la carte qui sera prise dans l'exemple ci-dessus), mais la quantification ordinaire n'est pas équipée pour exprimer la variation, parce que celle-ci suppose la référence à des individus particuliers, dont ce type de quantification ne tient pas compte. Un certain nombre de tentatives (Dayal, Giannakidou, Tovena & Jayez) ont été faites pour capturer la `logique' des FCI, c'est-à-dire le type de quantification qui est approprié, mais elles conduisent à différents effets pervers (hypothèses trop fortes, prédictions incorrectes). Dans cet exposé, je présenterai une nouvelle hypothèse qui repose sur une représentation plus directe de la variation, en termes de diagramme (au sens de la théorie des modèles) et non plus en termes de quantification. Cela d'exprimer les contraintes fondamentales sur les FCI de façon (1) directe (= sans passer par des quantificateurs) et (2) relativement homogène (= en évitant de multiplier les contraintes locales).

12h 30 - 13h 30
Déjeuner

13h 30 - 14h30
Présentation informelle des travaux des participants

14h30 - 15 h
Bilan de la réunion et prospectives
 

jeudi 15 novembre - 11h30 - amphithéâtre de l'ISC - séminaire du jeudi
Richard Kayne, New York University
Ordre linéaire et structure syntagmatique

jeudi 22 novembre - 11h30 - amphithéâtre de l'ISC - séminaire du jeudi
Shlomo Bentin, Professor of Psychology and Education, Department of Psychology Hebrew University of Jerusalem
Jérusalem, Israël,  chercheur invité à l'ISC
On the modularity of face perception: Electrophysiological evidence for domain specificity
articles de Shlomo Bentin sur Pubmed

lectures pertinentes :
Sagiv, N. & Bentin, S. (2001). Structural encoding of human and schematic faces: Holistic and part-based processes. Journal of Cognitive Neuroscience, 13, 1-15.

Bentin, S. & Deouell, L. (2000) Face detection and face identification: ERP evidence for separate mechanisms. Journal of Cognitive Neuropsychology, 17, 35-54.

Bentin, S.,  Deouell, L., & Soroker, N. (1999). Selective streaming of visual information in face recognition: Evidence from Congenital prosopagnosia. NeuroReport, 10: 823-827.

Bentin, S., McCarthy, G., Perez, E., Puce, A, & Allison T. (1996) Electrophysiological studies of face perception in humans. Journal of Cognitive Neuroscience, 8: 551-565.

Sagiv, N. & Bentin, S. (2001) et Bentin, S.,  Deouell, L., & Soroker, N. (1999)
plusieurs articles sont consultables en ligne pour les membres de l'ISC - pour toutes précisions :
http://www.isc.cnrs.fr/bibliotheque/revues.htm#revelec

jeudi 29 novembre - 11h30 - amphithéâtre de l'ISC - séminaire du jeudi
Etienne Olivier, laboratoire de neurophysiologie,  Université de Louvain, Bruxelles, chercheur invité à l'ISC
La simulation magnétique transcrânienne: aspects fondamentaux et perspectives nouvelles

lectures pertinentes :
Olivier E., S. N. Baker, K. Nakajima, T. Brochier, and R. N. Lemon (2001)  Investigation Into Non-Monosynaptic Corticospinal Excitation of Macaque Upper Limb Single Motor Units  Journal of Neurophysiology. 86:1573-1586.

Cuisenaire O., Ferrant M., Vandermeeren Y., Olivier E., Macq B. (2001) Registration and vizualization of transcranial magnetic stimulation on magnetic resonance image. MICCAI 2001, 1409-1411.

Pourtois G., Vandermeeren Y., Olivier E., de Gelder B. (2001) Event-related TMS over the right posterior parietal cortex induces ipsilateral visuo-spatial interference. Neuroreport, 12: 2369-2374.

Olivier E., Armand J., Edgley S. & Lemon R. (1997) An electrophysiological study of the postnatal development of the corticospinal system in the macaque monkey. Journal of Neuroscience 17(1):267-276.

Maier M, Olivier E., Baker S., Kirkwood P., Morris T. & Lemon R. (1997). Evidence for direct and indirect corticospinal control of arm and hand motoneurons in the squirrel monkey (Saimiri sciureus). Journal of Neurophysiology 78:721-733.

Olivier E., Bawa P. & Lemon R. (1995) Excitability of human upper limb motoneurones during rhythmic discharge investigated with transcranial magnetic stimulation. Journal of Physiology (London) 485:257-269.

Baker S., Olivier E. & Lemon R. (1995) Task-related variation in corticospinal output evoked by transcranial magnetic stimulation in the macaque monkey. Journal of Physiology (London) 488:795-801.

plusieurs de ces articles sont consultables en ligne ou, sous forme papier, à la bibliothèque, pour les membres de l'ISC - pour toutes précisions :
http://www.isc.cnrs.fr/bibliotheque/revues.htm#revelec

jeudi 6 décembre  - 11h30 - amphithéâtre de l'ISC - séminaire du jeudi
Jean-Pierre Changeux, Collège de France, Institut Pasteur - titre à définir
voir, sur le site du laboratoire, de nombreux articles en texte intégral

12 - 14 décembre 2001  - amphithéâtre de l'ISC
Colloque Interdisciplinaire en Sciences Cognitives ARCo ' 2001
Colloque organisé par l'Association pour la Recherche Cognitive,
avec le soutien du Pôle Rhône-Alpes de Sciences Cognitives

jeudi 10 janvier 2002 - 11h30 - Amphithéâtre de l'ISC - séminaire du jeudi
Pascal Giraux (ISC)
"Bouger une main et voir l'autre bouger : le conflit visuo-moteur étudié à l'IRM."

jeudi 17 janvier 2002 Amphithéâtre de l'ISC
Présentation des projets des doctorants de l'ISC
Première session ( chairman : David Sander)
10 h : Claire Martin
Mémoire olfactive
10 h 30 : Nathalie Decoppet
Construction du lexique orthographique
11 h : Nausicaa Pouscoulous
11 h 30 : Flavie Martin
Mémoire et schizophrénie

Deuxième session ( chairman : Fabrice Guillaume)
14 h : Marie Avillac
Intégration multisensorielle
14 h 30 : Sonia Michalon
Mise en place d'un outil de détection des troubles du langage écrit
15 h :  Erkki Ahlström
 

jeudi 24 janvier 2002 - 11h30 - Amphithéâtre de l'ISC - séminaire du jeudi
Nathalie Georges, Neurosciences Cognitives  et Imagerie Cérébrale, CNRS UPR 640 - LENA, Paris
"Substrats cérébraux du traitement des visages: Etudes en EEG, MEG et IRMf"

Abstract:
Le visage est un stimulus unique par la richesse des informations qu'il véhicule. C'est bien sûr le principal vecteur de l'identité des personnes, mais il véhicule aussi des informations sur l'état émotionnel et sur la direction de l'attention d'autrui, via les expressions faciales et la direction du regard. Les études sur les bases neurophsyiologiques du traitement des visages chez l'homme suggère l'implication  de substrats cérébraux spécifiques dans l'encodage et la reconnaissance des visages.
Je présenterai les différents faisceaux de donner étayant cette hypothèse, en insistant sur les résultats obtenus en imagerie électromagnétique (Electroencéphalographie-Magnétoencéphalographie) et métabolique (Imagerie fonctionnelle par résonance magnétique) chez l'homme adulte sain. Certaines études se sont par ailleurs penchées sur les bases cérébrales du traitement de la direction du regard et des expressions faciales des émotions. Elles montrent que différentes régions du cerveau seraient impliquées dans le traitement de différents aspects du visage (identité, direction du regard, émotion). Néanmoins, des études récentes soulignent les interactions possibles entre les différents types d'information extraites des visages; elles plaident en faveur d'une approche intégrée - tant au niveau théorique que méthodologique - des processus de traitement des visages.

jeudi 31 janvier 2002 - 11h30 - Amphithéâtre de l'ISC - séminaire du jeudi
Ivan Toni, F.C. Donders Centre for Cognitive Neuroimaging Nijmegen, Pays Bas
"Delay-related activity: Preparation, intention, or memory?"

mercredi 6  février 2002 - 11h30 - Amphithéâtre de l'ISC
Michaël Goldberg
Center for Neurobiology and Behavior, Columbia University, New York, USA
"Tracking the spotlight of attention: physiology and psychophysics of attention in the monkey"

jeudi 14 février 2002 - 11h30 - Amphithéâtre de l'ISC - séminaire du jeudi
Pr Maurizio Gentilucci
Istituto di Fisiologia Umana,Università di Parma, Italie
"From grasp to speech"

Mardi 12 mars 2002 à 11h30 - séminaire exceptionnel
Amphithéâtre de l' Institut des Sciences Cognitives
Leonardo Cohen, MD, Chief, Human Cortical Physiology Section, NINDS, NIH, Bethesda, USA
"Modulation of use-dependent plasticity in human motor system"

jeudi 14 mars 2002 - 11h30 - Amphithéâtre de l'ISC - séminaire du jeudi
Alain Destexhe
Unité de Neurosciences Intégratives et Computationnelles
CNRS UPR-2191,  Gif-sur-Yvette
"Relation entre EEG et activité cellulaire pendant la veille et le sommeil : mécanisme et rôle des oscillations".

jeudi 21 mars 2002 - 11h30 - Amphithéâtre de l'ISC - séminaire du jeudi
Margot Taylor, DR CNRS, CERCO Toulouse
"Vision et cognition - Approche développementale"

Journées "neurobiologie de la mémoire"
Coordonateurs : Nadine Ravel et Rémi Gervais
Contact : ravel@isc.cnrs.fr
Les 21, 22 et 25, 26 Mars 2002
Amphithéâtre de l’Institut des Sciences Cognitives (ou autre salle pour certaines séances)
accès libre à toutes les séances
repas libres à l'extérieur
voir le programme et les bibliographies
 

Jeudi 28 Mars 2002 - 14h30
SEMINAIRE CONSCIENCE ET INTENTIONNALITE
à l' ENS-LSH  15 Parvis René Descartes Lyon 7è Salle F 101
CONSCIENCE DE SOI, CONSCIENCE DE L’AUTRE (2):
L’IMITATION
(Séance organisée en collaboration avec l’Institut des Sciences Cognitives)
.
 Joëlle Proust, Institut Jean Nicod, Paris
"Imitation et mentalisation"
http://www.institutnicod.ens.fr/
http://joelle.proust.free.fr/home.html

Jacqueline Nadel, CNRS, Laboratoire "Vulnérabilité, Adaptation & Psychopathologie", Paris
« Imitation et détection de l'imitation: leur développement normal et troublé »

jeudi 4 avril 2002 - 11h30 - Amphithéâtre de l'ISC - séminaire du jeudi
Max Coltheart (Sidney)
Delusional belief: A neuropsychological analysis

vendredi 5 Avril 11h 30  - amphithéâtre de l'ISC - séminaire exceptionnel
Prof. Eberhard Fetz from University of Washington, Seattle,
titre à définir

jeudi 11 avril 2002  - 11h30 - amphithéâtre de l'ISC - séminaire du jeudi
Matthew Rushworth
Department of experimental psychology, University of Oxford, UK
Attention and intention and the organization of the human parietal cortex

jeudi 25 avril 2002
In Vivo Mouse Imaging Meeting
ANIMAGE –CERMEP, LYON
amphithéâtre de l'ISC
http://www.isc.cnrs.fr/animalimag.htm

samedi 27 avril 2002 de 8h30 à 18h
amphithéâtre de l'ISC
Groupement des psychiatres libéraux Rhône-Alpes
Journée "La pensée et le cerveau", invités, Israël Rosenfield, Claude-Jacques Blanc, Jacques Birenbaum, table ronde avec Nicolas Georgieff et Marie Hélène Giard-Servillat
renseignements et inscriptions : MY.G.A.S 6 GPLR tél 06 20 65 68 58
myrmcv@aol.com

SEMINAIRE CONSCIENCE ET INTENTIONNALITE
organisé par Jean Michel Roy (ENS-LSH)
ENS-LSH  15 Parvis René Descartes Lyon 7è Salle F 101  14h30

Les conférences sont ouvertes à l'ensemble de la communauté cognitive et philosophique, et sont organisées avec le soutien du PRASC
attention, changement de date :
Jeudi 2 mai 2002 14h30
CONSCIENCE DE SOI, CONSCIENCE DE L’AUTRE (3):
PERCEPTION DE SON PROPRE CORPS
(Séance organisée en collaboration avec  l'Institut des Sciences Cognitives)

 José Bermudez, Department of Philosophy, University of Sterling, GB
"Proprioception and Self-Consciousness"

 Angela Sirigu, Institut des Sciences Cognitives, Lyon
"Représentation de l'action chez les sujets normaux et chez les malades cérébrolésés"

jeudi 16 mai 2002 - 11h30 - amphithéâtre de l'ISC - séminaire du jeudi
Claudia Vargas, chercheur invité à l'ISC
Modulation de l'excitabilité corticale lors de la simulation mentale: rôle des informations proprioceptives.

jeudi 23 mai 2002 - 11h30 - amphithéâtre de l'ISC - séminaire du jeudi
Atsushi IRIKI,
Professor of Cognitive Neurobiology, Department of Maxillofacial Biology, Tokyo Medical and Dental University, Japan
"Cortical mechanisms subserving tool-use and symbol manipulation"

jeudi 30 mai 2002 - 11h30 - amphithéâtre de l'ISC - séminaire du jeudi
Massimo Piatelli Palmarini
Internalisme, procéduralisme et sélectivisme dans la prise de décision.

jeudi 6 juin 2002 - 11h30 - amphithéâtre de l'ISC - séminaire du jeudi
Marc H. Schieber, M.D., Ph.D.
Associate Professor of Neurology, and of Neurobiology & Anatomy
mhs@cvs.rochester.edu
Department of Neurology,  601 Elmwood Avenue, Box 673  Rochester, NY 14642 USA Title:
How does the brain control the fingers?

Abstract:

 Control of finger movements often is assumed to be achieved through labeled lines from the primary motor cortex (M1) to each finger.  Somatotopically arrayed regions of M1 are assumed to control distinct sets of muscles that move each finger independently of the others.  But in fact, the fingers do not move independently, resulting in part from passive biomechanical features of the hand, and in part from the arrangement and recruitment of the active elements—motor units and muscles.  As certain muscles contract to move one finger, then, other muscles must contract to restrain motion in other fingers.  In M1, many single neurons discharge during movements of several different fingers.  Neurons active during any given finger movement are distributed throughout the hand representation, with little evidence of somatotopic segregation.  And focal inactivations or small lesions that impair finger movements fail to do so in somatotopic order.  Moreover, the M1 neuron population, while encoding information on which finger will move, remains highly diverse, without functional groups of neurons that might represent particular sets of finger movements or muscles.  Rather than labeled lines controlling the fingers independently, this system acts as a diverse network that controls the entire hand to move one finger while stabilizing the others.

jeudi 13 juin 2002 - 11h30 - amphithéâtre de l'ISC - séminaire du jeudi
Michel Hoen, ISC
La cognition séquentielle abstraite contient-elle les bases neuro-cognitives de la fonction de langage ?

Résumé :

Si nous considérons les phrases « Je mange une pomme » et « Je lis un livre », nous serons enclins en premier lieu à les considérer comme des phrases différentes. En effet, leurs sens, aussi appelé « contenu » ou « sémantique » sont différents. Mais si nous nous intéressons à leur structure abstraite, aussi appelée « syntaxe », nous voyons que ces deux phrases sont construites selon le même schéma (sujet-verbe-article-nom, en simplifié).
Cette faculté de représenter et d’analyser une séquence de mots à deux niveaux de structure différents mais complémentaires est un des principaux pré-requis à l’existence d’une fonction langagière chez l’homme.
Cependant, cette caractéristique n’est pas spécifique aux séquences linguistiques (phrases). Des séquences de symboles abstraits, comme par exemple ABOABO ou TDGTDG, peuvent également être décomposées en un contenu (les symboles précis de ces séquences uniques) et une structure, (les liens d’interdépendances qu’entretiennent les symboles entre eux), ici 123123
Nos travaux sont dédiés à l’exploration des réseaux neuro-cognitifs impliqués dans les traitements de structure et de contenu, au sein du langage mais aussi dans l’apprentissage et la manipulation de séquences abstraites  .
Nous présenterons un ensemble de résultats obtenus par le moyen de différentes techniques complémentaires sur la comparaison entre ces deux domaines proches de la cognition.
- Des données de dynamique d’intégration d’abord par l’étude au moyen de potentiels évoqués de scalp, dans des paradigmes classiques de détection de violations.
- Des données sur les capacités d’apprentissage et de manipulation de règles conditionnelles dans une tâches de séquençage chez le singe macaque.
- Enfin, nous verrons comment ces résultats nous ont amenés à développer un protocole original de rééducation de patients aphasiques agrammatiques.
L’ensemble de nos résultats suggère qu’une capacité cognitive générale à manipuler des structures abstraites dans des séquences pourraient être à la base de l’émergence de la faculté de langage chez l’homme.

Title :
Are the neuro-cognitive basis of language processing to be found in abstract sequential cognition ?

Abstract :

Considering the two sentences “I eat an apple” and “I read a book”, we would first consider that they are different sentences. Indeed, their meaning, also referred to as “content” or “semantics” are different. But if we look at their abstract structure, also referred to as “syntax”, those two sentences are built according to the same schema (subject-verb-article-noun, basically).
This faculty to treat a sequence of words at two different but complementary structural levels is one of the major prerequisites to the existence of the language ability in humans.
But this characteristic is not specific to linguistic sequences. In abstract sequences such as ABOABO or TGDTGD, one can also find two levels of description, a content and an abstract structure, here : 123123.
Our work is dedicated to explore the neuro-cognitive pathways implicated in the processing of
Content and Abstract structure both in language comprehension and in non-linguistic sequence processing and this using different complementary methods. We will review results obtained first from the study of  their dynamic properties using ERP recordings during normal processing and violation detection paradigms in the two types of sequences. Mainly concentrating on 3 language related markers, the N400, the P600 and the LAN (Left-anterior negativity). Then from the study of the learning capabilities of conditional structural rules in rhesus monkeys. Finally we will present how our results led us to consider an original rehabilitation strategy for agrammatic-aphasic patients. Together, these results tend to show that general abstract sequential capabilities might have been the necessary neuro-cognitive basis to the emergence of human language faculty.

jeudi 27 juin 2002 - 11h30 - amphithéâtre de l'ISC - séminaire du jeudi
Shlomo Bentin, Professor of Psychology and Education, Department of Psychology Hebrew University of Jerusalem
Jérusalem, Israël,  chercheur invité à l'ISC
"How are human voices perceived as being special: Electrophysiological responses to stimulus significance"
articles de Shlomo Bentin sur Pubmed
 

les colloques tenus à l'ISC

ESF exploratory workshop in the field of the Humanities
Temporal Reasoning in Discourse : Linguistic variation and cognitive structure
23-25 february 2000
Lyon Institute for Cognitive Science

The CNRS-URBANA WORKSHOP
6-7 December, 1999 - amphithéâtre de l'ISC

colloque de linguistique du pôle Rhône Alpes des sciences de la cognition
samedi 6 novembre 1999 - amphithéâtre de l'ISC

The Institute for Cognitive Science (LICS)
hosted
The First International Symposium on Linguistics(LICSSOL1)
the sessions
October 12-15, 1999 Lyon, FRANCE.
L'Institut des sciences cognitives de Lyon (ISCL)  organisa son
Premier colloque international de Linguistique (CILISC1)
le programme du colloque
Les 12-15 Octobre 1999 à Lyon.

La Conférence Jean Nicod de juin 1999, avec John Perry, dont une partie des sessions a été organisée à Lyon

le Colloque d'ouverture de l'Institut  les 23-25 avril 1998.
 
 


Institut des Sciences Cognitives  UMR 5015 CNRS UCB Lyon 1
67, boulevard Pinel 69675 BRON cedex
33 (0)4 37 91 12 12   33 (0)4 37 91 12 10 web@isc.cnrs.fr
ACCUEIL ISC